– Selon les pêcheurs de la localité, cette pollution serait liée aux activités d’une usine dans la localité

Les habitants de Poudre-d’Or ont été choqués de constater, depuis quelques jours, qu’une substance noire se répandait dans la mer dans leur localité, plus précisément à Ile-d’Ambre. Ils ont alerté la police de l’Environnement ainsi que le National Coast Guard (NCG) qui se sont rendus sur les lieux hier. Ils pointent du doigt une usine de la localité et sa teinturerie.

Ce n’est pas la première fois que cette région du nord se retrouve avec une pollution de cette envergure. Par le passé, les habitants de Poudre-d’Or et d’Ile-d’Ambre, ainsi que les pêcheurs de ces localités, avaient vivement protesté contre les activités de l’usine. Selon eux, de l’eau sale provenant de la teinturerie serait versée dans la mer. Suite à cela, un système de recyclage des eaux usées avait été mis en place. Mais voilà que, depuis quelques jours, le problème refait surface.

Selon un pêcheur de la localité, la proximité de l’usine avec la mer alimente les doutes. D’autant que par le passé, le même problème était survenu. « Cela fait quelques jours que nous avons constaté une substance noire qui était déversée dans la mer. Avec le courant, elle s’est répandue partout », relate-t-il, tout en faisant ressortir que dans cette région, il y a des mangroves, avec une biodiversité sensible.

Alertés sur cette situation, la police de l’Environnement ainsi que des officiers du NCG se sont rendus sur les lieux, jeudi. Des prélèvements ont été effectués pour analyse. « Ils nous ont dit qu’ils ont fait les procédures nécessaires et qu’il fallait maintenant attendre les résultats. » Entre-temps, disent les habitants de la localité, la situation perdure. « Jeudi soir, après le départ des policiers, on a constaté que l’eau était devenue d’autant plus noire. Il semble qu’on avait relâché à nouveau cette substance dans la mer. »
Ces derniers souhaitent ainsi que les autorités réagissent vite, car non seulement cela pose un problème à l’environnement, mais affecte également les activités des usagers de la mer, dont les pêcheurs de la localité. Nous avons cherché à en savoir plus sur cette situation auprès de la police de l’Environnement, mais nous n’avons pu entrer en contact avec le responsable du dossier.