- Publicité -

POLLUTION SONORE : Des sanctions à l’étude contre les motocyclistes récidivistes

Les autorités envisageraient de sévir plus sévèrement bientôt contre les motocyclistes qui contribuent à augmenter la pollution sonore après avoir modifié les silencieux de leur véhicule. Une sanction drastique allant jusqu’à la saisie de la motocyclette trafiquée a même été discutée lors d’une réunion de l’Environment Coordination Committee tenue le mercredi 25 mars dernier dans la salle des conférences du ministère de l’Environnement, du Développement soutenable et de la Gestion des Catastrophes.
Il ressort de cette réunion que l’inspecteur Dimba, représentant de la Police de l’Environnement, a d’abord fait un bilan de 92 contraventions contre des motocyclistes qui avaient apporté des modifications à leurs véhicules et 67 contre des conducteurs dont les véhicules laissaient échapper d’épaisses fumées qui, en plus d’aggraver la pollution, constituent un danger pour les usagers de la route.
A un moment donné lors de la réunion, le Secrétaire permanent du ministère de l’Environnement, M. O. Jadoo, qui préside le comité de coordination a fait mention d’une proposition d’amendements à être apportés au Road Traffic Act afin de pouvoir saisir les véhicules dont les propriétaires motocyclistes sont régulièrement pris en faute. Par la suite, la Police de l’Environnement a été priée de produire une ébauche d’amendements dans ce sens. Le retard pris jusqu’ici pour la soumission de ce document serait probablement dû à la nécessité pour les autorités de se prémunir contre tout acte qui pourrait aller à l’encontre des droits constitutionnels des motocyclistes.
D’autre part, le contrôle de la pollution sonore exercé par les autorités compétentes fait actuellement l’objet d’une étude de coût, question d’analyser les bénéfices qui reviennent à l’Etat dans la réparation, la maintenance et la calibration des appareils de mesures des Sound Levels Meters. L’efficacité du contrôle est également passée en revue après qu’il a été constaté que bien souvent des motocyclistes, surtout les plus jeunes, ont tendance à remodifier leur silencieux même après que ceux-ci aient été recalibrés et même après qu’il aient été maintes fois pris en délit. 

- Publicité -
- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour