Les portes du marché central resteront fermées jusqu’à nouvel ordre. C’est ce qu’on laisse entendre du côté de la municipalité de Port-Louis. Avec le confinement annoncé depuis le 10 mars dernier, les marchands de fruits et de légumes ainsi que ceux des autres produits sur place ont pu, par ordre alphabétique, retirer leurs marchandises stockées sur les lieux en fin de semaine dernière. Des officiers de police assurent la garde au niveau des multiples entrées et sorties du marché de la capitale. On affirme, dans les milieux informés de la mairie de Port-Louis, qu’à l’issue de l’exercice de vaccination au niveau des employés de la municipalité, une opération de décontamination des lieux sera enclenchée, mais que cela dépendra de l’évolution de la situation sanitaire.

« Nou finn fini tir tou seki nou ti ena andan depi zedi dernie. Aster nou bizin atann seki lotorite pou deside pou nou. Me li paret ki bazar pa pou ouver ziska ki konfinnman fini. Pa kone mem kan sa pou fini », laissait entendre un des marchands de légumes, qui procède à la vente de ces produits, retirés du marché central, la semaine dernière, chez lui, dans un faubourg de la capitale.  « Mo prefer fini vann seki kapav kot mo mem devan laport ek mo rekiper inpe kas dan plas tou sa bann legim-la pouri », affirme le quinquagénaire.

Hier matin, les rues dans les alentours du marché étaient mortes. À l’exception de quelques commerces, notamment des grossistes qui assuraient la livraison de produits de base à leurs clients pour les besoins des boutiques et supérettes, entre autres, des autres régions de Port-Louis. L’une des rares boutiques dans le coin, à savoir Central Market Store, était ouverte, mais avec un contrôle strict devant sa porte, ne permettant pas plus de deux clients à la fois à l’intérieur. « Nou pe pran tou nou prekosion. Parski bokou kliyan pas par isi. Nou finn met dimoun veye devan laport. Ou met ou mask ek sanitizer lor ou lame avan rantre », avance le gérant. Pas de grands mouvements avaient lieu au cœur de cette région d’affaires et de commerces hier, avec les policiers en fonctions faisant des va-et-vient pour s’assurer que les consignes sanitaires soient respectées.