Les employés du Mauritius Freeport Development (MFD) ont procédé à un exercice de vote vendredi concernant une augmentation des salaires due depuis deux ans. Leur syndicat, la Private Sector Employees Union (PSEU), affilée au GWF, réclamait des négociations, tandis que la direction a préféré porter l’affaire devant la Commission de conciliation et de médiation (CCM). Après un revers, la direction est finalement venue proposer une augmentation de Rs 110 par mois sur une période de cinq ans.

Dans un souci démocratique, le syndicat a laissé le libre choix à ses membres de décider s’ils acceptaient ou non la proposition de la direction du MFD. C’est dans ce contexte qu’un vote a été organisé. Après le décompte, il revient ainsi que 98,7% des employés ont rejeté la proposition de Rs 110 du management. Sur un total de 292 votants, 288 étaient contre, deux étaient pour et deux bulletins ont été annulés. Avant même cet exercice, le syndicat avait donné le ton en qualifiant cette proposition « d’insulte » envers les travailleurs. Pendant deux ans, les deux parties n’ont pu trouver un terrain d’entente pour ouvrir les négociations.

En février 2020, le management avait décidé de porter le dossier devant la CCM qui, à son tour, avait renvoyé l’affaire à l’Employment Relations Tribunal (ERT). Devant le tribunal, en novembre de l’année dernière, le MFD avait fait une requête pour geler toute augmentation pour une période de trois ans. Mais le tribunal lui avait demandé d’ouvrir les négociations avec le syndicat. Ce qui ne se fera jamais par la suite.

Le 4 juillet de cette année, la PSEU a finalement soumis de nouvelles propositions, dont un “double increment” et une augmentation de 10% pour 2021 et 5% pour 2022. Devant l’absence de réponse, l’affaire a une nouvelle fois été portée devant l’ERT. Le président du tribunal a alors accordé un nouveau délai pour la signature d’un accord entre les deux parties. C’est alors que, quatre jours avant la date butoir, la direction est venue avec une proposition de Rs 110 par mois pour une période de cinq ans. Mais pour le syndicat, « cela ne représente même pas une augmentation de 1% ».

La PSEU fait également ressortir que ces dernières années, le MFD a accumulé des réserves de plus de Rs 300 M en termes de dividendes. Le syndicat ne manque pas non plus de faire ressortir que le MFD étant un secteur essentiel, les travailleurs ont assuré le service pendant les deux confinements.