- Publicité -

Logement : Lalit réclame un plan pour le désamiantage

Des dotations budgétaires de Rs 800 millions font partie des mesures budgétaires pour le remplacement de 1 800 maisons en amiante. Un développement que Lalit considère comme une victoire, pour avoir mené un combat sans relâche depuis des années pour le remplacement des structures en amiante. Toutefois, un plan d’exécution du projet est réclamé d’urgence.

- Publicité -

Le Komite Konzwin Abitan Lakaz Lamyant ek diferan Rezyonal Lalit a organisé une assemblée dimanche dernier pour passer en revue les dispositions prises pour le remplacement des maisons en amiante. Lindsey Collen, la porte-parole, laisse entendre que la décision du gouvernement de venir de l’avant avec un tel projet relève d’une grande victoire pour le comité.

Elle rappelle que cela fait des années que Lalit, à travers ses comités régionaux, en collaboration avec les habitants des cités contenant de l’amiante, mène ce combat. « Depuis 2002, nous réclamons que le gouvernement remplace ces maisons, pour la santé de ses occupants. Le combat s’est accentué à partir de 2017, avec deux grandes manifestations à Port-Louis notamment », fait-elle comprendre.

Lindsey Collen souligne que le plus important est que non seulement un budget de Rs 800 millions a été voté pour le remplacement de 1 800 maisons dans différentes régions, mais c’est le gouvernement lui-même qui s’en occupera. « Jusqu’ici, on avait dit que ce sont les occupants qui devraient se charger de la reconstruction. Ce que nous avions toujours contesté, car cela comporte des risques », poursuit-elle.

Toujours est-il qu’une telle somme votée à l’Assemblée ne veut pas dire que le gouvernement ira nécessairement au bout du projet. « Parfois, il y a des choses qui sont votées à l’Assemblée et qui ne sont jamais implémentées. Dans le cas précis, on a dit que ce sera fait dans une période de deux ans. C’est déjà rassurant. Mais nous aurions souhaité quand même que ce soit bien planifié », ajoute-t-elle.

Pour cette raison, le Komite Konzwin Abitan Lakaz Lamyant ek Diferan Rezyonal Lalit a adressé deux demandes au Deputy Priem Minister et ministre du Logement et des Terres, Steven Obeegadoo. En premier lieu, le comité réclame un plan d’intervention pour la démolition et la reconstruction des maisons en amiante, cité par cité, rue par rue, afin de pouvoir faire la coordination avec les autorités. Le comité souhaite également la mise sur pied d’un Desk dans chaque région afin que les occupants des maisons concernées puissent s’y référer s’ils ont des questions ou d’autres soucis. Cela, afin de ne pas avoir à se déplacer jusqu’au ministère du Logement, à Ébène.

Dans son rapport 2018, l’Ombudsperson for Children, Rita Venkatasawmy, avait recommandé le remplacement des maisons en amiante afin de protéger la santé des enfants qui y habitent. Elle réagissait après une plainte du comité conjoint à ce sujet. En 2015, le gouvernement avait déjà émis un communiqué, annonçant qu’un plan de désamiantage de 2 137 maisons EDC/CHA sur 59 sites avait été élaboré.

Toutefois, la mise en pratique de ce plan se faisait attendre. D’où les différentes lettres adressées au ministère du Logement par le comité et deux manifestations dans la capitale.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour