- Publicité -

Post-budgétaire – Demande du MLC : Indexation des Rs 1 000 au salaire de base

Le Mauritius Labour Congress (MLC) et l’All Workers Federation (AWF) demandent que l’allocation de Rs 1 000 accordée aux salariés touchant moins de Rs 50 000 soit indexée au salaire de base. Intervenant hier au siège du MLC, Haniff Peerun, président de cette confédération syndicale, souligne que cette allocation devrait être suivie par une avance additionnelle de Rs 1 000 pour les travailleurs qui sont couverts par le National Remuneration Board  (NRB).

- Publicité -

Le même principe avait été appliqué pour les fonctionnaires en attendant le prochain rapport du Pay Research Bureau (PRB), dit-il. Tout en faisant ressortir qu’après le rapport du National Wage Consultative Council pour établir le salaire minimum, il était question que la relativité salariale entre les travailleurs du secteur privé et ceux du gouvernement soit corrigée.

Pour cela, poursuit-il, le NRB devait venir de l’avant avec un rapport pour corriger cette disparité. Mais celui-ci se fait toujours attendre. D’où l’idée d’accorder aux travailleurs du secteur privé une avance de Rs 1 000.

Le président du MLC dit en outre apprécier le fait que le gouvernement ait accordé un « Baby Bonus » aux nouveaux parents, en guise d’encouragement afin de renouveler la population vieillissante. Cependant, il estime que l’allocation de Rs 1 000 promise est insuffisante.

Il explique : « Comment accorder Rs 1 000 pour encourager la population à faire des enfants, alors que dans le même temps, une allocation de Rs 15 000 est accordée aux éleveurs pour chaque vache qui aura un veau ? »

Le MLC dit également accueillir favorablement l’abolition de la taxe municipale sur les maisons résidentielles. Il devait toutefois faire remarquer que cette mesure se trouvait déjà le manifeste électoral du gouvernement. Il dit par ailleurs regretter que le gouvernement « n’ait pas cru bon de baisser les prix du carburant et du gaz ménager ». De même que de venir avec une mesure « pour stopper la dépréciation de la roupie ».

Parlant de la hausse de la pension universelle, il estime qu’il s’agit d’un « trompe-l’œil », rappelant que les pensionnés n’ont pas touché la compensation salariale ces dernières années.

Le président du MLC admet malgré tout que le budget contient « beaucoup de mesures encourageantes ». Pour autant, il manque d’innovations, pense-t-il. « Pour nous, c’est un budget populiste, car les mesures annoncées vont aider les travailleurs. C’est un budget satisfaisant, car la majorité des gens s’y retrouvent. Mais nous nous attendions cependant à un budget innovateur, pour créer davantage de richesses et partager ensuite le gâteau national avec la population. Nous attendions un budget de relance des activités économiques, du fait du Covid-19 et de la guerre en Ukraine, mais il n’en a rien été », a-t-il poursuivi.

De son côté, Bholanath Jeewoth, autre dirigeant du MLC, maintient que le gouvernement devrait mettre sur pied un comité tripartite pour évaluer la mise en application des mesures budgétaires.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour