Photo illustration

La pandémie de COVID-19 ayant chamboulé le calendrier de la scolarité primaire pour les élèves qui seront admis en Grade 1 l’année prochaine, soit en juin, l’assurance a été donnée que les écoles veilleront à ces admissions. Cette attention particulière sera accordée compte tenu du plus grand nombre d’élèves qui y seront admis. Ainsi va la réponse de la vice-Première ministre et ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun-Luchoomun à une interpellation du député travailliste Mahend Gungapersad sur les changements d’admission en Grade 1 des enfants âgés de 5-6 ans.

Répondant au député Osman Mahomed sur les trois mois de différence d’âge des enfants vu que les classes reprennent plus tard, Leela Devi Dookun-Luchoomun concède qu’ils seront davantage d’élèves à être admis dans les écoles. Mais pour la ministre, un travail a déjà été effectué s’agissant du nombre de places. Pour les enfants concernés par le démarrage des cours en mai 2021, elle avance qu’un « profiling » sera mené suivi d’un « School Readiness Programme » et qu’ensuite le programme d’études sera entamé. Elle avance que si l’attention est donnée en Grade 1, les enfants n’auront pas de difficultés pour leurs études.

Avant que les enfants débutent leur Grade 1, la ministre précise qu’un « Early Support Programme » a déjà commencé dans les écoles où des « Support Teachers » apportent leur concours aux enseignants pour répondre aux problèmes auxquels font face les élèves quant à leur apprentissage même.

Leela Devi Dookun-Luchoomun ajoute que la politique du ministère a toujours été d’admettre un enfant âgé de 5 ans en Grade 1. Elle précise qu’aucun changement n’a été apporté concernant l’âge d’admission des enfants dans ce grade. Se référant à la législation pour admettre un enfant en Grade 1, elle fait ressortir que dans le contexte de la COVID-19, le calendrier scolaire a été revu. De ce fait, l’école débute en juin prochain pour se terminer en mars 2021.

Avec ce nouveau calendrier de travail, elle rassure que son ministère a mis un dispositif en place pour que des ajustements soient effectués et que les enfants ayant atteint l’âge de 5 ans le 31 mai en 2021 soient admis en Grade 1 dans l’année scolaire 2021-2022. Elle avance que des amendements ont aussi été apportés au niveau des règlements de l’éducation à ce sujet. Par ailleurs, quelques appréhensions ont été soulevées quant à la mise en oeuvre du nouveau calendrier ; elle met en exergue en ce sens que des discussions se sont tenues avec ceux concernés dont le Mauritius Institute of Education (MIE) et même la Government Teacher’s Union.

Qui plus est, la ministre de l’Éducation soutient qu’après une étude approfondie du MIE sur l’implication du changement du calendrier scolaire, aucun effet contraire pédagogique sur les élèves n’a été noté. Certes, pour la ministre, la politique a toujours été d’admettre les élèves en Grade 1 à l’âge de 5 ans mais le député Mahend Gungapersad, fait ressortir que les School Managers des écoles ont déploré le manque de consultation avec eux. À ceci, Leela Devi Dookun-Luchoomun concède que son ministère a reçu de nombreuses lettres de différents opérateurs et indique avoir pris note de leurs doléances. Le sujet le plus important dans ces courriers, précise la vice-Première ministre, c’est que les élèves quittaient l’école plus tôt. Elle invoque que les enfants qui devraient être admis en Grade 1 en janvier resteront à l’école durant le troisième trimestre, qui a été étendu.

Pour sa part, le député de Rodrigues, Buisson Léopold, qui s’est aussi intéressé à la question, a interrogé la ministre sur le sujet de « mixed-abilities » dans les classes étant donné que les âges des enfants diffèrent. Leela Devi Dookun-Luchoomun affirme que ce problème est récurrent chaque année. Elle fait ressortir que l’on procède à un « learner’s profile » avant d’enclencher le programme d’études ; et dans les écoles ayant plus d’une section, ils sont regroupés suivant des critères.