Photo illustration

Des opérateurs détenant une Tourism Enterprise Licence (TEL) se disent oubliés des autorités. Ils relèvent que les plaisanciers du sud-est ont bénéficié de la Wakashio Solidarity Grant suite à l’échouement du MV Wakashio sur les récifs de Pointe d’Esny. Alors qu’eux se disent sans aide depuis le mois d’août.

Ces opérateurs gèrent des diving centres, des boat houses, ou offrent des prestations telles le parasailing, entre autres.

Un porte-parole, Tony, soutient que leurs activités ne reprendront pas de sitôt. « Skipper gagn kas, plonzer pa gagn kas », lance-t-il. Il explique que les opérateurs ont du mal à joindre les deux bouts et attendent un plan d’aide du gouvernement.

Tony rappelle que le permis d’un opérateur détenant une TEL coûte plus cher que la licence des plaisanciers. « Nous payons tous une assurance pour ce permis », indique-t-il.

« Plusieurs lettres ont été envoyées aux autorités concernées afin de mettre en lumière notre situation », déplore ce dernier. Il espère que les autorités agissent dans les plus brefs délais et que ces opérateurs soient considérés au même titre que les pêcheurs et plaisanciers.