- Publicité -

Post-Wakashio : des problèmes de santé liés à la marée noire relevés

Des consultations médicales organisées par Eco-Sud enregistrent des problèmes respiratoires et dermatologiques, entre autres

- Publicité -

L’Ong Eco-Sud a mis en place une assistance psychomédicale pour les habitants de la région du sud-est affectés par la marée noire après le naufrage du Wakashio. Plusieurs médecins et spécialistes ont ainsi participé à cet exercice. Sur les 277 patients, 45 présentaient des troubles ayant un lien direct avec la marée noire.

Du 22 septembre au 3 décembre, Eco-Sud a organisé des consultations dans différents villages de la côte sud-est, soit Mahébourg, Providence, Vieux-Grand-Port, Bambous-Virieux, Bois-des-Amourettes, Rivière-des-Créoles, Cité La Chaux, Débarcadère de Mahébourg et Ville-Noire. Objectif : porter assistance aux personnes affectées par la marée noire provoquée par le MV Wakashio. Au total, 277 personnes ont répondu à l’invitation de l’ONG. Et parmi elles, les médecins ont relevé que 45 souffraient de troubles liés directement à une exposition aux hydrocarbures, tels que des difficultés respiratoires, des irritations de la peau, des rougeurs, des irritations des yeux, des maux de tête en tous genres de même que des problèmes dentaires.

Ces résidents du sud-est ont ainsi reçu des soins par les médecins de l’équipe mise en place par Eco-Sud, soit les Drs Vidhi Heerah (spécialiste des problèmes respiratoires), Rashika Bissessur (généraliste), Céline Kaiser (spécialiste en médecine d’urgence exerçant à Genève), Roovish Gujadhur, Tejasvee Jingree, Adnath et Karishma Babajee (généralistes), ainsi qu’Olivier Brunel, Emergency Medical Technician à Genève.

Outre ces 45 cas détectés ayant un lien direct avec la marée noire, il a aussi été noté que 141 personnes souffraient de symptômes n’ayant pas de lien direct avec celle-ci, tandis que 91 cas ont des liens probables sans qu’il soit possible de se prononcer avec certitude. Dans la majorité des cas, les personnes affectées ont été exposées aux hydrocarbures, avec ou sans protection. Il peut s’agir de contact direct ou indirect avec l’huile ou des émanations de vapeur.

Signalons qu’une cellule psychologique a également été mise en place depuis le 7 septembre. Ce service a été géré par l’équipe d’Eco-Sud, avec la participation de Percy Yip Tong, Guffran Rostom et Frédérique Perpetu. Par ailleurs, l’ONG organise des ateliers de formation afin de permettre aux personnes affectées par la marée noire de se réorienter vers une autre activité professionnelle.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour