Photo d'illustration

Un groupe de skippers de l’est du pays, notamment de Trou-d’Eau-Douce, dit ne rien avoir obtenu des autorités jusqu’à présent en ce qui concerne les compensations annoncées pour ceux impactés par la crise écologique et environnementale provoquée par le naufrage du MV Wakashio, et qui a sérieusement perturbé leurs activités professionnelles.

Selon le porte-parole de cette association de skippers de Trou-d’Eau-Douce, Alain Fanchette, il est « inacceptable que la Tourism Authority ne fasse pas le nécessaire » au niveau des formalités pour qu’ils puissent récupérer leur argent.

« Ant 6 e 8 out ti fer anons pou nou ranpli form pou asistans apre Wakashio. Noun ranpli form ek nou finn donn tou detay ki finn demande. Kan pe gagne aster kasla ? Pa pe kone kouma pe donn sa. Ena enn bon nonb skiper pa pe gagne. Pe donn trwa personn par bato », a-t-il expliqué. Selon lui, la procédure s’est compliquée du fait que les propriétaires de bateaux doivent impérativement attester l’emploi des skippers en question.

« Aster pe bizin deman proprieter bato sipa nou pe travay ek li. Si enn proprieter bato li malonet, abe li met zis so fami kom travayer ek li gagn plis ki 30 mil roupi. Ena ena licence skipper me pa travay ek touris », a laissé entendre hier Alain Fanchette en compagnie d’autres personnes concernées devant les locaux de la Tourism Authority, à la Victoria House. « Pe dir nou 80 % skipper in fini peye. Nou pa pe met sa an dout. Nou pa pe dir ki manti sa. Me kan pe trouv sa kantite kamarad skipper-la ki pankor gagn la, be kisanla sa 80 % kinn gagne la ? » se demande le skipper de Trou-d’Eau-Douce.

« Eski pe donn sa skipper ou dimoun ki ena licence skipper ? Se akoz sa nou la, noun anvi kone. Se zot Tourism Authority, Coast Guard ek polis tourism ki pou kone ki bann skipper kinn peye », a-t-il poursuivi. Il affirme ainsi avoir obtenu leurs compensations pour la période de confinement, mais rien depuis l’épisode du MV Wakashio. « Nou finn viktim seki finn arive ek Wakashio. Sa kass-la pe done pou sa bann dimounn-la. La pe bizin atan ek personn pa kone kouma nou fami pe viv », a-t-il conclu après le passage à la Tourism Authority hier.