Jean-Alain Fanchette, porte-parole des skippers de Trou-d’Eau-Douce, a eu une rencontre hier avec le directeur de la Tourism Authority, Lindsay Morvan. Ils ont discuté d’une formule afin que la cinquantaine de skippers privés d’allocation dans le sillage de la marée noire provoquée par le naufrage du Wakashio puissent être soutenus.

En attendant une réponse de cette autorité, les skippers ont gelé leur grève de la faim. Ils affirment toutefois leur détermination à poursuivre ce mouvement en cas de réponse défavorable de la Tourism Authority.

Lundi dernier, Jean-Alain Fanchette, porte-parole des skippers de Trou-d’Eau-Douce, privés de Wakashio Grant, avait démarré une grève de la faim. Les autorités sont intervenues pour engager des négociations. Selon Jean-Alain Fanchette, qui a eu une rencontre avec Lindsay Morvan, directeur de la Tourism Authority, deux cas de figure ont été observés. D’une part, des propriétaires ont accepté de rédiger une lettre certifiant que le skipper travaillait pour lui.

Dans ce cas précis, le problème pourrait être réglé si l’employeur n’a pas déjà déclaré trois personnes pour son bateau. Le deuxième cas concerne ceux qui n’ont reçu aucune lettre. La Tourism Authority leur a demandé de jurer un affidavit certifiant qu’ils travaillaient comme skipper et de mentionner le nom du propriétaire.

Lire l’article au complet dans l’édition du Mauricien du 1er juillet.