Eric Corson, Managing Director

– L’entreprise devient PIM Ltd

Il y a 50 ans, Plastic Industry (Mtius) Ltd ouvrait ses portes, devenant ainsi la pionnière dans la fabrication de produits en plastique dans une île Maurice faisant l’apprentissage de son indépendance politique et économique. Aujourd’hui, l’entreprise s’offre une nouvelle image. Ainsi, Plastic Industry (Mtius) Ltd devient PIM Ltd et adopte une nouvelle identité visuelle, ainsi qu’une nouvelle signature de marque : PIM Limited, “Rethinking plastics in a changing world-Pour une industrie du plastique responsable”.

« Nous avons servi avec diligence et fierté les entreprises mauriciennes, et contribué à l’émergence d’un secteur manufacturier résilient », souligne Eric Corson, managing director de PIM Limited. « Qu’il s’agisse de la production industrielle, des industries pharmaceutique et cosmétiques, ou de l’agroalimentaire, il y a un peu de Plastic Industry (Mtius) Ltd derrière l’essor de ces industries. » La longévité de PIM Ltd tient à son engagement envers une production de qualité. Ainsi, l’entreprise opère selon les normes internationales (ISO 9001 : 2000), venant d’ailleurs d’obtenir en juin 2020 la certification HACCP, indispensable pour s’aligner aux normes des entreprises dans l’agroalimentaire. PIM Ltd détient également une accréditation de The Coca Cola Company Ltd pour la fourniture de caisses.

Au fil des années, PIM Ltd a pris d’autres engagements importants. « Nous avons été les premiers à adhérer au label Made in Moris et, tout récemment, nous avons apporté notre soutien au programme SigneNatir de Business Mauritius, initiative visant à encourager des modes de production et de consommation durables », précise Eric Corson.

PIM Ltd se dote donc d’un nouveau logo, contemporain et épuré. Celui-ci est composé de trois cercles représentant l’engagement de PIM Ltd pour une production plus vertueuse et une utilisation plus responsable du plastique, symbole de la démarche “Réduire, Réutiliser et Recycler”. Le “P” de PIM Ltd apparaît au cœur de ces trois cercles, le tout traduisant l’importance de l’économie circulaire. « 2020 ne se prête pas aux célébrations grandioses, mais nous apprend à repenser notre rôle dans un monde nouveau. Le moment était propice pour revoir notre image de marque et renforcer l’engagement qui est le nôtre depuis ces cinq dernières décennies. Notre nouvelle signature de marque vient réaffirmer notre volonté d’être un acteur responsable de la chaîne de production dans le secteur manufacturier mauricien », souligne le directeur général de PIM Ltd.

Cette démarche s’inscrit dans le droit fil des campagnes de sensibilisation que mène l’entreprise auprès des Mauriciens depuis plusieurs années. Elle découle aussi de décisions audacieuses prises. Citons par exemple l’arrêt de la production de cuillères en plastique jetables (2016) et celle des pailles en plastique (2018). Ce qui représente l’élimination de plus de 10 000 kilos de déchets plastiques par an. « En interne, nous recyclons approximativement 23% de nos propres déchets et rejets plastiques. Chaque année, nous récupérons, pour le recyclage, une moyenne de 50 000 kilos de plastique auprès de certains de nos clients. »

Sans compter que PIM Ltd soutient l’Ong Mission Verte depuis de nombreuses années. En 2019, PIM Ltd a aussi mené la campagne “Ensemble recyclons le plastique” pour poursuivre sa mission de sensibilisation. Leurs clients sont également encouragés à privilégier des solutions d’emballage à base de matériaux recyclés. « Aujourd’hui, PIM Ltd reste toujours au service des entreprises mauriciennes et régionales et des consommateurs. Nous serons, d’une manière ou d’une autre toujours confrontés au plastique. La question est de savoir comment en réduire l’impact. Nous devons encourager une utilisation responsable du plastique à Maurice. Par exemple, inclure des matières recyclées dans certains “packagings”, encourager les produits réutilisables, accentuer la promotion du tri sélectif, mettre en place des facilités de collectes et les rendre accessibles, et promouvoir l’éducation et la sensibilisation. Et finalement, il nous faut créer une véritable industrie du recyclage », conclut Eric Corson.