- Publicité -

Taxes sur les carburants : Chellum appelle à la mobilisation pour le rallye de l’ACIM ce samedi

Le rallye de l’Association des Consommateurs de l’île Maurice contre le maintien des prix pétroliers à la pomme est confirmé pour ce samedi 24 septembre, à partir de 14h.

- Publicité -

Jayen Chellum, le secrétaire, invite la population à se mobiliser pour renverser la situation. Il fait ressortir que c’est la classe moyenne et ceux au bas de l’échelle qui sont les plus touchés par les différentes taxes imposées sur le calcul des prix de l’essence et du diesel.

C’est la cinquième fois depuis août 2021 que l’ACIM organisera un rallye pour réclamer la baisse du prix du carburant, fait ressortir Jayen Chellum. Plusieurs correspondances ont aussi été transmises au ministre du Commerce et de la Protection des Consommateurs, Soodesh Callichurn. « Toutefois, nous n’avons jamais eu de réponse. Le ministre est aussi celui du travail et c’est lié aux consommateurs, mais il ne trouve pas le temps de répondre à nos lettres », déplore-t-il.

Il souligne que le rallye de ce samedi est important pour démontrer au gouvernement que l’ACIM ne compte pas abdiquer sur ce combat qui est considéré comme étant juste. « Ce combat, ce n’est pas pour nous, c’est pour la population. Avec les nombreuses taxes imposées sur l’essence et le diesel, c’est le petit peuple, les gens de la classe moyenne et ceux au bas de l’échelle qui souffrent le plus. Selon les statistiques, 66% des Mauriciens touchent moins de Rs 50 000 par mois. Donc, ce sont ceux qui ont peu de moyens qui contribuent le plus » , fait-il ressortir.

Jayen Chellum dénonce une nouvelle fois le transfert des Rs 3 autrefois imposées au bénéfice du Covid-19 Solidarity Fund et l’achat de vaccins, au fonds pour la subvention sur le riz, la farine et le gaz. « On contribuait déjà Rs 4.20 et c’était beaucoup. Aujourd’hui, on contribue Rs 7.20, alors qu’on aurait pu retourner ces Rs 3 aux consommateurs » , indique-t-il.

Il se demande ainsi jusqu’à quand la population va continuer à subir les injustices. « Face à cette situation, allez-vous choisir de rester à la maison et de laisser les autres se battre pour vous ? Chacun doit assumer ses responsabilités. On est en train d’appauvrir les familles. L’UNDP a relevé qu’il y a des enfants qui ne mangent pas à leur faim à Maurice », dénonce-t-il.

Si les Mauriciens se mobilisent, ajoute Jayen Chellum, le rapport de force va changer et le gouvernement sera contraint de revoir sa politique. « Nous avons fait appel aux partis politiques et aux syndicats. Même si nous n’avons pas de réponse officielle, nous notons que Paul Bérenger a demandé à soutenir le rallye de l’ACIM, à la conférence de presse de l’Entente de l’espoir, la semaine dernière », concède-t-il.

Il précise également que la police n’a émis aucune objection et qu’il n’y a aucune condition contraignante. « Donc, il ne faut pas avoir peur de venir à la manifestation. » Ceux qui ne peuvent se déplacer jusqu’à Port-Louis devraient déléguer des personnes à leurs places », dit-il.

À ce sujet, George Ah-Yan de la Fédération des Mouvements Citoyens Engagés a émis l’idée d’organiser des rallyes sur une base régionale, afin de permettre aux habitants des régions lointaines, de faire aussi entendre leurs voix. Un rallye est ainsi prévu dans le Sud, allant de Nouvelle-France à Mahébourg, en passant par Rose-Belle et Plaine Magnien. La date sera communiquée ultérieurement.

Le rallye de samedi démarrera à la rue Volcy Pougnet et passera dans le centre de Port-Louis, par les rues Lord Kitchener, John Kennedy, Royale, Magon, Pope Hennessy et Labourdonnais, avant de se terminer au point de départ. Soulignons que la police a interdit aux participants de marcher, de se tenir sur le rebord de la voiture et d’organiser un meeting.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour