- Publicité -

PRB : Le MLC satisfait par le rapport de Manraj

Lors d’une conférence de presse, ce matin, au Mauritius Labour Congress (MLC), Haniff Peerun (président) s’est dit satisfait du rapport publié par Dev Manraj. Le rapport a montré que « nous avions raison de manifester », estime-t-il, et a pu réduire les écarts au niveau salarial et corriger les injustices qu’il y avait dans le rapport du Pay Research Bureau (PRB).
Ayant réussi à convaincre Dev Manraj, via un mémoire détaillé envoyé par le MLC, Haniff Peerun a fait appel au Premier ministre pour que ce soit le premier nommé et son comité qui rédigent le rapport du PRB tous les trois ans. Il a d’ailleurs montré sa reconnaissance en soulignant que ce nouveau rapport a « modernisé la fonction publique ». Il a aussi fait part de son mécontentement suite au rapport du PRB, qui n’était, dit-il, qu’une réplique du rapport de 2009. Il reste perplexe devant la manière dont le PRB a procédé durant cinq ans alors que Dev Manraj a pris seulement quatre mois pour corriger les « injustices ». Il a aussi déclaré être satisfait de l’arrérage que les fonctionnaires recevront à compter de janvier.
Cependant Haniff Peerun a aussi relevé quelques zones d’ombres dans le nouveau rapport de Dev Manraj. Concernant la Meal Allowance, par exemple, il trouve que le ministère devrait aller de l’avant afin de permettre à tous les employés de recevoir les mêmes privilèges. De plus, leur demande pour la Risk Allowance n’a pas, non plus, été retenue. « Bann kwizinie ek bann sofer SAMU inn gagne me bann la ti bizin pran an konsiderasion bann lezot sofer ki fer bann lezot travay a risk ». Le secrétaire du MLC, Bholanath Jeewuth, a ajouté que concernant le Retention Plan et les congés, son syndicat compte écrire au ministère de la Fonction publique pour régler ces deux cas.
Le MLC a proposé au gouvernement que pour rattraper la perte du pouvoir d’achat, le rapport du PRB soit publié tous les trois ans. Cela diminuera la frustration des fonctionnaires. Il a aussi déclaré qu’à présent c’est au tour du National Revenue Board (NRB) de revoir les structures salariales dans le privé.

- Publicité -
- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour