photo d'illustration

Le Council for Vocational Legal Education autorise, pour la première fois, les aspirants avocats qui ont complété leurs examens du barreau en Angleterre et qui ont été called “to the bar in absentia”, en raison de la pandémie de COVID-19, à faire leur pupillage en attendant qu’ils obtiennent leur “call certificate”.

En principe, ceux ayant été “called to the bar” en Angleterre doivent présenter leur certificat original émis par l’Inns of Court de ce pays avant d’être autorisés à faire leur pupillage en vue de pratiquer à Maurice. Or, exception faite, ils pourront le faire avec une copie de leur certificat en attendant le nouvel ordre.

Cette décision du Council for Vocational Legal Education a été prise en vue de ne pas pénaliser ceux qui ont dû rentrer avec le confinement et la situation en raison de la pandémie. « In view of the prevailing situation due to the COVID-19 pandemic, the Council for Vocational Legal Education has decided to grant exceptionally conditional authorization to Prospective Barristers called to the Bar in England in abstentia in 2020 to start pupillage on the strength of a copy of the Call Certificate issued to them by the Inns of Court. Final approval of pupillage will be granted for the purpose of being called to the Bar in Mauritius on production of the original of the Call Certificate », écrit la CVLE dans son communiqué.

Ceux qui ont complété leurs examens en Angleterre devront effectuer le pupillage obligatoire avant de prêter serment ce mois-ci. Faire un stage dans un cabinet permettra à ces aspirants avocats d’avoir un aperçu du rôle de l’avocat dans le monde juridique. Il leur sera demandé de faire face aux problèmes juridiques et pratiques auxquels ils seront probablement confrontés plus tard dans leur vie professionnelle. Rédiger des courriers aux clients du cabinet, faire des synthèses doctrinales, assister les plaidoiries de leurs mentors en cour sont des exemples de missions quotidiennes.

Plusieurs jeunes choisissent ainsi de passer cette année de stage chez trois différents “pupils master” afin d’acquérir plus d’expérience dans des domaines de spécialisation de droit divers. Certains optent de plus en plus pour les firmes légales qui ont déjà des départements spécialisés. Faire un stage dans l’un de ses cabinets de firme légale tels que chez Glover Chambers, Moolan Chambers ou encore Mohamed Chambers leur donne aussi plus de perspective d’être embauchés par la suite s’ils font leurs preuves.