« Fode pa nou presipite ». Ce sont les propos du ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal, qui procédait au lancement de la formation du personnel de la santé dans le sillage du programme de vaccination contre la Covid-19, ce lundi 11 janvier.

Face à la presse, il a attiré l’attention sur la situation alarmante des pays étrangers, tels que les État-Unis. « Tous les pays qui se précipitent pour la vaccination, nous connaissons leur situation », a-t-il soutenu.

A Maurice, a-t-il ajouté, le gouvernement souhaite l’immunité collective à travers la vaccination d’au moins 60% de la population.

« Oui la vaccination est prioritaire à Maurice, mais la précipitation n’est pas sécuritaire », a renchéri le Dr Laurent Musango, représentant de l’Organisation mondiale de la santé à Maurice.

Le but de ces cinq jours de formation, regroupant 300 participants, est de mettre en lumière les modalités du programme de vaccination afin que l’exercice se déroule dans les meilleures conditions.

Les points abordés concerneront, entre autres, la communication sur le vaccin vis-à-vis du public, la préparation pour le ‘post-vaccination’, soit les effets secondaires, et le respect des normes internationales.

Selon le ministre, cette étape constitue une tournure décisive. « C’est vous qui serez face à la population et qui apporterez les informations. Il faut une communication effective », a-t-il déclaré face aux membres du secteur de la santé, présents ce matin pour cet atelier de travail.

Par ailleurs, le ministre a répondu à ses détracteurs le critiquant pour la « mauvaise gestion » de ce dossier. « La réalité est que le gouvernement gère le dossier de la Covid-19 très bien. Il n’y a aucune transmission locale », a-t-il souligné.