PHOTO ILLUSTRATION

Un jour de congé en novembre et deux jours à partir de décembre après les tests PCR

Les pilotes et l’équipage de cabine appelés à former un binôme cohérent sur la base de l’auto-isolement

Selon MK, les protocoles sanitaires sont en évolution constante et le personnel navigant travaille main dans la main avec toutes les parties, dont les autorités, pour assurer l’efficacité d’un système robuste et faire des améliorations constantes quand cela est nécessaire. MK rappelle que le suivi strict du protocole sanitaire depuis mars 2020 a donné les résultats escomptés. La contamination des membres d’équipage est rare et les statistiques parlent d’elles-mêmes, soutient l’entreprise.

MK rappelle que les membres d’équipage sont régis par le Flight duty limitations qui stipule qu’un membre ne doit pas être de service pour plus de sept jours consécutifs entre les jours de congé. Ainsi, si les sept jours de l’auto-isolement sont comptabilisés comme des jours de travail, la planification du travail deviendrait impossible. Cependant MK propose qu’à partir de cette semaine jusqu’à la fin de novembre, un minimum d’un jour de congé sera alloué après le test PCR obligatoire. A partir de décembre, autant que possible, deux jours de congé seront alloués après le test PCR.

Par ailleurs, pour mitiger davantage les risques, MK se propose d’éviter les contaminations croisées possibles en faisant voler les pilotes en isolation avec les membres de l’équipage de cabine qui l’ont aussi été. Désormais, les pilotes et les équipages vont être combinés comme des binômes sur la base d’isolement post-vol. Cette nouvelle politique sera implémentée au fur et à mesure à partir de la semaine prochaine. Dans la rotation du mois de décembre, les jours d’isolation codé OSD y figureront et  permettront de mieux planifier les équipages et de différencier ceux qui sont et ceux qui ne sont pas en isolation.

Quant à la demande pour un autobus spécial de l’aéroport à l’hôtel à vice versa à Paris, Charles de Gaulle, MK ne la considère pas nécessaire à ce stade, puisque les strictes mesures de protocole sanitaire en place avec le full PPE, les casques de protection, les gants et les googles utilisés par l’équipage garantissent un niveau de protection suffisante contre l’exposition au virus. De plus, même avec un autobus, une partie du transfert est toujours obligatoire au terminal 2 en navette publique. MK précise néanmoins que ces recommandations ne sont pas immuables et peuvent changer d’une façon ou d’une autre base sur les évolutions locales et internationales.

Les A 350 de la SAA de retour

Les deux A350 loués à la South African Airways sont de retour de l’Afrique du Sud, et ont été enregistrés NCE & NCF ont été au départ à partir de ce week-end. Les deux autres A 350 vont être soumis à un C-Check avec la complication des quarantaines de 14 jours pour le personnel de cabine.