- Publicité -

PTr – Anquetil : « Manque de considération pour ceux souffrant d’un handicap »

La porte-parole du Parti travailliste (Ptr) sur le dossier de l’égalité des genres et du bien-être de la famille, Stéphanie Anquetil, soutient que « la situation des enfants s’aggrave sous ce gouvernement ». C’était lors d’un point de presse de la Women’s League du parti Travailliste.

- Publicité -

« Sa isue violans seksiel anver zanfan an sitiasion andicap li above politics. Nou dispoze ede ek met lintere politik de kote. Nou fer enn lapel pou ki nou tou asiz ansam otour enn latab, travayer sosial, Ong, sosiete sivil tou bor politik pou ki sakenn amenn so kontribision pou enn sosiete dirab ek amelior kalite lavi sa bann zanfan-la ! » fait-elle comprendre.
Stéphanie Anquetil estime clair que le système de prise en charge en place est dépassé et débordé, et qu’il est « urgent d’avoir recours à de nouvelles stratégies ».

Elle dit ainsi déplorer qu’il « n’existe pas à Maurice de campagne de sensibilisation sur le handicap, ce qui est un manque de considération pour ces personnes » , estime-t-elle. Elle a également mis en avant le « manque cruel » de personnel qualifié dans ce secteur.

La parlementaire travailliste a plaidé pour que la formation en langue des signes démarre  au plus vite  pour les professionnels et la police. Elle propose dès lors la mise sur pied d’une académie spécialisée pour la langue des signes et la refonte du mode de recrutement des personnes travaillant avec les personnes handicapées.

« Li inekskizab ki enn dimounn ki pa anrezistre pe donn kour ek retrouv li tousel ek bann zanfan vilnerab », a-t-elle ajouté.

Stéphanie Anquetil a également dénoncé « le temps pris par le gouvernement pour réagir » à la suite des derniers cas d’abus rapportés. « Kot minis sekirite sosial été ? Elle brille par son absence. Son silence en dit long. Kifer li pa pe kominike ? Lotorite bizin donn sipor victim ek zot fami », a-t-elle poursuivi, tout en affirmant détenir des informations selon lesquelles on aurait demandé à certaines victimes d’abus d’aller consulter un psychiatre à l’hôpital Brown Séquard.

Mahend Gungapersad a estimé que le secteur éducatif passe ces jours-ci  par une crise de manque de confiance, mais aussi de leadership. « Eski lekol piblik ou prive, primer ou sekonder, eski se bann lie sur kot zanfan an sekirite ? » s’est-il demandé tout en disant « malheureux de constater qu’il n’y a plus de transparence dans les institutions éducatives » et que la ministre de tutelle, la vice-Première ministre Leela Devi Dookun, est « en perte de contrôle de son ministère avec le nombre de problèmes accumulés durant ces dernières années ».

Il critique en outre ce qu’il qualifie de « tentative malsaine » de la part de la ministre de l’Éducation « de relativiser l’affaire de fuite des papiers d’examen » du côté du Mauritius Examinations Syndicate. « Li vinn zwe lor mo ek esey banaliz sa problem-la. Dan larealite se enn dimounn ki pa sipoze gayn akse ek papie lekzamin, finn gayn akse. Eski ena ou pa finn ena akse a bann papie ? 18 zour apre sa ki li koz lorla », a-t-il dit.

Selon lui, les dénonciations à ce sujet entamées par des députés travaillistes « n’ont rien à voir avec la démagogie partisane, comme veut le faire croire la VPM. Kan ena linzistis, bizin denonse », maintient-il.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour