Quelle était l’urgence de remorquer l’Ami Constant alors que la météo avait annoncé de fortes houles le jour du naufrage? C’est la question que se posent les employés du port.

En conférence de presse ce vendredi 4 septembre, Tirth Purryag, président de la Maritime Transport and Port Employees Union, exige des réponses des autorités. Déplorant la mort de trois marins et la disparition du capitaine Bheenick, le syndicaliste dit ne pas comprendre pourquoi le plan initial « n’a pas été respecté ».

Selon ce dernier, l’équipe composée de huit marins a embarqué sur le Sir Gaetan et devait a priori rester à Pointe D’Esny, le temps qu’une autre équipe la relève aux petites heures du matin.

Toutefois, des ordres venant de « plus haut » ont été donnés pour que cette barge soit remorquée jusqu’au port le soir même. Cela, alors que la météo avait annoncé des vagues de cinq voire six mètres.

« Presion-la kot finn sorti? », se demande le syndicaliste.

Autre question que se posent les employés du port : « Pourquoi avoir utilisé le Sir Gaetan alors qu’il y avait des remorqueurs plus fiables et plus équipés? »

Le « mauvais état » des remorqueurs de la Mauritius Port Authority a également était pointé du doigt. Selon le président de l’union, s’agissant de la prise en charge de la maintenance de ces embarcations, « valeur du jour, il n’y a aucun certified engineer qui s’en occupe ».

« Vwala kouma otorite pe roul so laflot ala MPA », a-t-il lancé.

La Maritime Transport and Employees Union espère que toute la lumière soit faite sur cette affaire, déplorant qu’il s’agit de vies humaines.

A cet effet, une minute de silence a été observée pour les familles endeuillées.

À savoir que dans la nuit du dimanche 31 au lundi 1er septembre, le Tug Sir Gaetan a coulé au large de Poudre d’Or avec à son bord huit marins de la MPA. Quatre d’entre eux ont pu être sauvés alors que trois autres ont péri. À l’heure actuelle, les recherches pour retrouver le capitaine du Sir Gaetan se poursuivent.