An aerial view taken in Mauritius on August 17, 2020, shows the MV Wakashio bulk carrier, belonging to a Japanese company but Panamanian-flagged, that had run aground and broke into two parts near Blue Bay Marine Park. (Photo by - / AFP)

Des spécialistes de la mer et des capitaines de navire soutiennent que la catastrophe écologique du MV Wakashio aurait pu être facilement évitée. Et cela à la lumière de mesures « simples et rapides » prises pour renflouer le navire aux marées hautes suivantes, jusqu’au 31 juillet, quand il s’est finalement incliné.

Le 25 juillet, à 15h38, heure mauricienne, le MV Wakashio, pour des raisons toujours inconnues jusqu’à présent, a interrompu son cours en passant de 11 nœuds à un arrêt complet à environ 6 milles marins des récifs de Pointe-D’Esny. Les données de trafic maritime ci-dessous affichent le point de localisation et la vitesse de 0 nœud à ce moment-là.

Le navire a ensuite dérivé vers les récifs coralliens et s’est échoué vers 19h30. Seule une petite partie de la section avant du vraquier était sur le récif. Le niveau de la mer en était alors à 2 heures après la marée basse du premier quart de lune. Le navire, sans dommage structurel apparent, était à ce moment précis perpendiculaire aux récifs, avec la partie arrière, où se trouve la cabine, et l’hélice toujours en eau profonde, comme sur l’image ci-jointe (a).

  1. Ainsi, entre le 26 juillet et le 31 juillet, lorsque le vraquier s’est finalement incliné sous l’effet des hautes marées journalières, donnait en moyenne une ligne de flottaison plus haute d’environ 50 cm. Il est étonnant qu’aucun expert n’ait alors proposé que des tentatives soient faites pendant ces marées pour tenter d’extirper le navire des récifs, que ce soit avec son propre moteur et l’équilibrage des ballasts et/ou avec l’aide d’un ou de plusieurs remorqueurs.Comme rien n’a été fait lors de ces marées hautes, le navire s’est finalement détaché tout seul du récif, le 31 juillet, lorsque le degré de marée était de 54 cm.

2. Malheureusement, avec les vents dominants et les courants marins, le vraquier a pivoté sur le côté et, cette fois, c’est l’arrière du navire qui s’est empalé sur les récifs, comme illustré ci-dessous. Ce n’est qu’après que les fissures sont apparues sur le côté du navire et que le déversement d’hydrocarbures a commencé, le 6 août, avec les dramatiques conséquences que l’on connaît.

3. L’étrange trajectoire du Wakashio

Concernant les derniers mouvements du MV Wakashio, les images RHS (captures d’écran) montraient une trajectoire étrange du navire avant l’échouement. Cette capture d’écran a été prise à partir du site Web Marine-Traffic, l’un des sites de suivi des navires les plus remarquables et accessibles gratuitement à tous. Il montre la dernière piste du MV Wakashio (en jaune) et éventuellement à la dérive (pistes rouges) à 15h28 UTC (19h28, heure locale). Cela pourrait-il indiquer que les moteurs aient été arrêtés et que le navire a été autorisé à dériver plus près de nos côtes ?