Photo d'illustration

La National Trade Union Confederation (NTUC) et la Federation of Civil Service and Other Unions (FCSOU) ont écrit officiellement- au secrétaire du Cabinet et chef de la fonction publique, Nayen Koomar Ballah, pour lui demander une rencontre à propos de la mise en application du prochain rapport du Pay Research Bureau (PRB).

Ces deux organisations syndicales pensent que ces recommandations salariales pour les employés de la fonction publique et des corps para-étatiques seront rendues publiques à la fin d’octobre.

Le président du tandem NTUC/FCSOU, Narendranath Gopee, souligne dans la lettre que la récente déclaration du ministre des Finances, Renganaden Padayachy, selon laquelle le PRB sera payable à partir de janvier 2022 crée de la confusion car il était question que le prochain rapport soit mis en application avec effet rétroactif à partir de janvier 2020.
« The recent statement made by Honourable D.R. Padayachy to the effet that the said report will be implemented with effect from January 2022, the grant of an allowance of Rs 1 000 to all public Officers with effect from January 2022 and the declaration of the Right Honourable Prime minister in the course of a press conference held on 23 octobre 2019 that the next PRB report “prendra effet” from January 2020 has each created its lot of confusion around the report », écrit Narendranath Gopee.

Il devait aussi faire ressortir que ces deux formations syndicales sont en train de solliciter une rencontre avec le chef de la fonction publique pour proposer une nouvelle formule et mettre fin à la publication du rapport Errors & Omissions qui est normalement publié après la publication du rapport du PRB afin de corriger des erreurs et des omissions dans le rapport. Les deux organisations syndicales proposent qu’un Draft Report du PRB soit soumis en premier aux centrales syndicales.

Les dirigeants syndicaux auront ainsi l’occasion de se pencher sur ce rapport avant de le soumettre au PRB qui, à son tour, rendra public le rapport final. Avec la formule actuelle, une fois que le rapport est publié, le fonctionnaire a deux options : accepter ou le rejeter. S’il accepte le rapport, il n’aura pas le droit de le contester devant une cour de justice et s’il refuse de le signer, ses conditions de travail et son salaire continueront à être déterminés d’après les dispositions de l’ancien rapport du PRB. Aussi, Narendranath Gopee insiste sur le fait qu’une rencontre avec le secrétaire au cabinet est nécessaire afin de mettre fin aux spéculations autour de l’application du prochain rapport.