Elle s’est jetée à l’eau sans la moindre hésitation, « sans penser aux conséquences ». Ilawan Le Dantec Gaussen est une jeune fille de 16 ans dont l’acte héroïque a permis de sauver la vie d’un pêcheur, emporté par une vague.

En effet, cette jeune étudiante a sauvé un pêcheur qui se trouvait en grande difficulté en mer, à Flic-en-Flac, et qui aurait pu y laisser la vie. Son courage lui a valu une médaille du vice-président de la République.

Rencontrée à son domicile, Ilawan Le Dantec Gaussen raconte que, le dimanche 25 juillet, elle se promenait avec sa mère à Flic-en-Flac quand elle a remarqué qu’un homme se trouvait en difficulté dans les eaux.

Malgré une mer agitée, cette jeune fille a d’emblée su ce qu’elle devait faire, relate-t-elle. Spontanée, elle avoue prendre peu de temps pour réfléchir. Ainsi, Ilawan Le Dantec Gaussen s’est jetée à l’eau pour le porter secours.

« Je n’ai pas pris conscience du danger et j’ai juste plongé sans penser aux conséquences », soutient Ilawan.

Le pêcheur avait été emporté par une vague. De plus, son filet de pêche s’était emmêlé autour de lui. Il était incapable de s’en défaire et parvenait difficilement à maintenir son corps hors de l’eau. Malgré tout, Ilawan Le Dantec Gaussen a pu le ramener sur la terre ferme.

« Le rescapé m’a remercié. Je suis vraiment heureuse qu’on a pu l’aider », poursuit l’adolescente.

« Ça m’a pris un moment pour réaliser que j’avais fait quelque chose de peu commun. Quand l’histoire est passée la première fois dans un article du journal, j’étais surprise. Je ne croyais pas que c’était quelque chose d’intéressant. Et quand le vice président m’a donné une médaille, c’était vraiment encourageant », a confié l’adolescente.

Sa source d’inspiration, c’est sa famille, surtout sa mère. Cette dernière fait aussi mention d’un excellent prof de natation au Kenya, qui l’encourageait et l’a beaucoup appris. Ce qu’elle a transmis à sa fille, qui a un message de soutien pour les jeunes.

« J’aimerai bien encourager les gens à s’entraider, même s’ils ne se connaissent pas. Maurice est un pays diversifié que je trouve très agréable. Ce serait une très bonne chose de s’entraider sans penser à des choses comme la religion, l’ethnicité, la sexualité ou le genre », a affirmé Ilawan.