Pascal Tsin, Chief Executive Officer (CEO) du centre commercial Super U, situé au cœur du village de Grand-Baie, a présenté jeudi le Bio-Bin Waste Management, initiative de recyclage de déchets provenant des activités de ce centre commercial. Pascal Tsin était assisté de Maxime Rambert, initiateur du projet, et du Dr Irfan Nunkoo, biologiste.

Pascal Tsin a d’abord fait état des avantages et des différentes phases avant la réalisation d’un bon compost. « Ce projet de compostage qui a nécessité un investissement d’environ Rs 300 000 est d’abord une opération qui vise à transformer des matières organiques, et grâce à leur décomposition progressive, parvenir à un produit riche en humus. Ce projet nous a encouragés à cesser d’utiliser le “landfill” lors de la gestion de nos déchets et à redonner au sol ce qui en a été tiré », a expliqué Pascal Tsin.

Selon Pascal Tsin, le Bio-Bin Waste Management est « un système unique et innovant ». Il permettra de recycler les déchets en toute sécurité tout en respectant l’environnement. Avec ce système, les déchets humides sont soigneusement mélangés avec du charbon (copeaux de bois et sciure de bois) avant d’être transformés en compost. Le condenseur élimine ensuite l’excès d’humidité du système. « Aucun produit chimique n’est nécessaire », a précisé le Dr Nunkoo.

Et que peut contenir un “bio-bin” ? Des chutes de nourriture, des pelures, gâteaux, biscuits, pains, légumes, coquilles d’œufs, yaourt, agrumes, cheveux, herbes, serviette à papier et papier ou carton déchiqueté. Selon le biologiste Nunkoo, le compost peut-être utilisé par la communauté et l’industrie dans diverses applications agricoles. « Il est la méthode la plus efficace pour gérer les déchets organiques. Il existe plusieurs avantages de l’application de compost amélioré qui favorise la croissance des plantes. »

En ce qui concerne le système de collecte des ordures, Pascal Tsin a expliqué : « Nous voulons que les odeurs soient éliminées ou considérablement réduites. Nous faisons beaucoup attention pour que le tri se fasse dans les meilleures conditions possibles et qu’il n’y ait pas de problèmes de santé. » Pour ce qui est de l’impact commercial, il note que le “bio-bin” « a considérablement diminué » les coûts de gestion des déchets. Selon lui, le traitement des déchets dans l’arrière-cour de Super U à Grand-Baie a beaucoup contribué à réduire les coûts. « Nous avons étudié l’option de vendre le compost, mais nous avons préféré dans un premier temps le distribuer à nos employés. »

Il est à noter que le compost a été testé par le centre de laboratoire médical basé à la nouvelle clinique du Bon Pasteur à Rose-Hill. Pour rappel, Mare-Chicose recueille entre 480 à 500 tonnes de déchets par an. Il est arrivé à saturation fin décembre 2019. Des Ong ont attiré la sonnette d’alarme sur cette situation. Elles estiment que le recyclage est la solution pour réduire la pression sur le centre d’enfouissement à Mare-Chicose.