Bâtiment du ministère du Travail

Cinq formations syndicales sont montées au créneau pour contester la nomination du syndicaliste Suraj Ray comme représentant des travailleurs au conseil d’administration du Redudancy Board. Cette contestation a été faite par le biais d’une lettre adressée au Premier ministre, Pravind Jugnauth. Ces formations sont le Mauritius Labour Congress (MLC), la Fédération des Travailleurs unis (FTU), le Mauritius Trade Union Congress (MTUC), la Confederation of Free Trade Unions (MTUC) et le Congress of Independent Trade Unions (CITU). La lettre est cosignée par les dirigeants de ces syndicats.

Dans ladite lettre, les syndicats soulignent que Suraj Ray, connu comme Kullur, a été nommé par le ministère du Travail et que ce dernier est aussi le président de la Telecoms Employees Staff Association. Le principal concerné, disent-ils, « est un personnage controversé dans le monde syndical, car il a été exclu du Conseil des syndicats, une plateforme représentant la plupart des syndicats à Maurice et a été révoqué comme président du CITU ».

Ils ajoutent que Suraj Ray est aussi président du Mauritius Council of Social Service (MACOSS), sur lequel pèsent deux plaintes référées à la CID pour violation de l’ICTA, et il est poursuivi en Cour suprême pour avoir exclu une dizaine d’Ong du MACOSS. Pour eux, le chef du gouvernement « doit agir » et « ne devrait pas laisser une personne controversée siéger au sein du Redundancy Board ».

Les contestataires poursuivent : « We do not have the single doubt that you would allow the integrity of the Redundancy Board, which is a very important body set up under the Employment Right Act, to be undermined neither though perception or otherwise by the presence of people who are subject of so much controversy, in its organ decision. »

Au nom de la bonne gouvernance, ils demandent ainsi au chef du gouvernement de remplacer Suraj Ray comme représentant des travailleurs au sein du Redundancy Board. « In the light of the above, we are solliciting your prompt intervention to have him replaced in the name of good gouvernance », demandent-ils. Autre point que n’apprécient pas les syndicalistes : le fait que le syndicat que représente Suraj Ray avait récemment organisé une manifestation pro-direction de Mauritius Telecom.