Un accord a été conclu lundi au Redundancy Board (RB) entre la direction d’Emirates Airlines et trois employés de la compagnie à propos de leurs indemnisations de licenciement. Ces derniers contestaient le montant de la compensation proposée par  la direction. Lors de la séance de lundi, le président du Redundancy Board  a invité les deux parties concernées à discuter et à se mettre d’accord sur leurs propositions.

La direction d’Emirates Airlines était représentée par Me Shaheena Abdul Carrim, tandis que les employés étaient représentés par Me Gavin Glover, Senior Counsel. Après avoir refusé, depuis plusieurs mois, les offres de cette compagnie d’aviation, les trois employés, soit deux ingénieurs et un technicien, ont finalement accepté une offre de la direction à la suite de l’intervention du président du RB.

L’offre faite de la part de la direction d’Emirates à ces employés ne peut cependant être divulguée en raison d’une clause de confidentialité dans cet accord. Les deux parties concernées sont parvenues à définir les termes de l’arrangement, qui sera une nouvelle fois soumis devant le RB vendredi prochain.

Les trois employés licenciés auront alors la possibilité de se faire enregistrer sous le Workfare Programme pour être recyclés dans d’autres secteurs ou pour bénéficier du Transitional Unemployment Benefit jusqu’à ce qu’ils trouvent un emploi alternatif.

Le licenciement de ces trois employés d’Emirates Airlines est intervenu dans le sillage des effets néfastes de la COVID-19 sur les finances du groupe Emirates. Le fleuron de Dubaï a ainsi décidé d’appliquer un programme de compression du personnel en raison de la baisse du nombre de dessertes à travers le monde.

Dans ce contexte, la branche mauricienne d’Emirates Airlines avait décidé de se séparer des services de huit de ses employés. Cinq d’entre eux avaient alors accepté l’offre de la direction, tandis que les trois autres avaient décidé de faire appel au RB pour statuer sur la question.

Il est à noter que la direction d’Emirates Airlines avait fait une demande auprès du ministère du Travail pour une exemption de la section 72 (A) de la Workers’ Rights Act. Celle-ci stipule : « The Minister may, by regulations, exempt an employer who provides services in the sectors specified in the Third Schedule to the Employment Relations Act from the application of section 72. (2) Where an employer who has been exempted pursuant to subsection (1) intends to reduce the number of workers in his employment, either temporarily or permanently, or close down his enterprise, the employer shall give written notice to the Board, together with a statement showing cause for the reduction or closure at least 15 days before the intended reduction or closing down, as the case may be. »