L’Hotel and Restaurant Employees Union (HREU) demande au ministre du Travail, Soodesh Callichurn, de lui communiquer les dispositions prises par le gouvernement concernant le secteur touristique suite à ses récentes discussions avec les hauts dirigeants des groupes hôteliers Sun Ltd et New Mauritius Hotels. « La fin du mois de juin arrive à grands pas et les travailleurs du Secteur hôtelier s’attendent à être payés comme d’habitude, mais après c’est encore l’incertitude. La réponse ne se trouve pas dans les négociations directes entre les employeurs et le syndicat. Il existe un risque que ces négociations débouchent sur un conflit industriel », écrit le HREU.

Il propose ainsi la création d’un comité permanent pour considérer les plaintes relatives à la Covid-19 au niveau du ministère du Travail et de définir ses attributions et sa composition. Cela permettra à tous les syndicats du pays de soumettre leurs plaintes à travers les fédérations syndicales afin d’éviter que le système de conciliation et de médiation sous la section 68 (1) ne soit débordé. Il souligne aussi que la CCM n’est pas utilisée comme il le faudrait sous les sections 64, 88 et 89 de l’Employees Relations Act. Il est « important », dit-il, de clarifier le rôle de cette institution médiatrice. Jack Bizlall prône ainsi la nécessité de nommer un deuxième vice-président de la CCM.

Selon lui, il y a une situation « alarmante » dans le pays en termes de suppression d’emploi. « Il y a actuellement dans le pays une situation alarmante, avec des réductions de main-d’œuvre et de fermeture d’entreprises qui échappent au contrôle du gouvernement. Par ailleurs, il me semble avoir observé un comportement inacceptable de certains employeurs voulant enlever d’une façon ou d’une autre la reconnaissance des syndicats. Je vous prie de comprendre que, si des mesures appropriées ne sont pas prises, il y a des risques que les relations industrielles se détériorent dans le secteur de service. La classe ouvrière se trouve dans une situation très dangereuse par la cassure tactique des accords de reconnaissance ou des accords collectifs », a souligné le conseiller technique. Une copie de cette lettre a aussi été adressée à Mariaven Caramben, conseiller au ministère du Travail en matière de relations industrielles.

Par ailleurs, les membres de l’exécutif de la HREU se réuniront samedi prochain pour décider de leur participation ou non à la manifestation nationale que projette d’organiser un groupe de syndicats par rapport à la situation de l’emploi en cette période.