Un nouvel appel d’offres sera lancé pour la phase 2B qui consiste en l’installation d’une nouvelle scène et de nouveaux sièges

La phase 2A de la rénovation du Théâtre de Port-Louis impliquant la rénovation de la structure interne en bois et la réfection du toit est terminée. C’est ce que nous a confirmé Bhooshan Ramloll, le CEO du constructeur RBRB Construction Ltd. L’appel d’offres pour la dernière phase du projet sera lancé dans les semaines à venir après que la firme de consultants Morphos Architects aura déposé un rapport à la municipalité de Port-Louis.

Cela fera 200 ans dans un mois, que Pierre Poujade, architecte réputé de la colonie française, entama la construction du Théâtre de Port-Louis, le plus vieux temple de l’art lyrique et dramatique de l’hémisphère Sud. La rénovation de ce patrimoine national, tel qu’il était à son ouverture en 1822, n’est pas une entreprise simple à mener. « Après avoir entrepris la rénovation de l’Aapravasi Ghat et du Plaza, la réfection du Théâtre de Port-Louis est à la fois un honneur et un défi pour nous », soutient Bhooshan Ramloll, l’entrepreneur des deux premières phases du projet.

RBRB Construction Ltd n’a pas lésiné sur les moyens pour mener à bien ce projet. « La compagnie Chisel Met Ltd a été mise à contribution pour les travaux d’intérieur. C’est une compagnie qui possède un vrai savoir-faire dans le domaine de boiserie. J’ai également fait le déplacement en Inde pour enrôler les meilleurs sculpteurs », indique Bhooshan Ramloll.
Les phases 1 et 2A, au coût de Rs 125 M, avaient pour objectifs la sauvegarde de la structure, le crépissage de la façade à la chaux, la rénovation de la structure interne en bois, la réfection du toit et du système d’évacuation d’eau de pluie afin d’assurer une étanchéité parfaite. « La tôle de la toiture a été refaite complètement et le système d’évacuation d’eau de pluie a été retravaillé afin d’assurer une étanchéité parfaite. S’agissant des remontées d’eaux par le sol, une cuve en béton armé a été construite en soubassement, avec des drains ceinturant la cuve, afin d’éviter toute accumulation d’eau près du bâtiment », souligne Bhooshan Ramloll.

De son authenticité, le théâtre à l’architecture italienne a gardé son dôme, une structure datant de 1850 et conçue par le peintre belge Ferdinand Henry Vandermeersch. « Les 25 petits lustres en forme de bougeoirs qui ornent les balcons sont toujours intacts et attendent de pouvoir illuminer le théâtre », soutient le CEO de RBRB Construction Ltd. Il faudra néanmoins attendre encore un peu temps avant que les artistes puissent à nouveau monter sur scène : « 75 % des travaux ont été complétés. La dernière partie s’annonce beaucoup plus soft », indique Bhooshan Ramloll.

Entre Rs 250 M et Rs 300 M

La phase 2B consistera à réaménager les différents espaces techniques permettant de produire des effets spéciaux, à installer une nouvelle scène et un nouveau rideau de scène en velours, à renouveler les 600 sièges qui composent la salle de spectacle en respectant le modèle d’origine. Un espace sera réservé aux fauteuils roulants.

Ce que Bhooshan Ramloll désigne comme les travaux de « soft finishing » coûteront deux fois plus cher que les deux premières phases. « Il faudra décaisser entre Rs 250 M et Rs 300 M », indique Bhooshan Ramloll qui attend le prochain exercice d’appel d’offres qui sera lancé par la mairie de Port-Louis.

Le lord-maire de Port-Louis, Mahfooz Moussa Cadersaib, a confié à Week-End qu’« à la lumière du rapport que nous soumettront les consultants de Morphos Architects, nous lancerons un appel d’offres pour la fin des travaux. La balle est dans le camp du gouvernement pour décaisser les fonds nécessaires qui viendront s’ajouter à l’aide financière que nous a déjà octroyée la Mission française de coopération et d’action culturelle ».