Eric Mallac-Kœnig et Rajesh Callicharan, respectivement gérants des cinémas Star (Port-Louis, Moka et Grand-Baie) et MCiné (Trianon, Flacq, Port-Louis) et Novelty (Curepipe) n’ont nullement chômé malgré les deux confinements successifs dus au Covid-19. De ce fait, les salles de ciné Star ont déjà repris du service dès le 1er, tandis que c’est le vendredi 8 prochain que les salles de MCiné ouvrent le bal avec rien de moins que le dernier James Bond : Mourir peut attendre ! Tout un programme…

Le démarrage sera, forcément, en trombe, car pour ramener la foule (à moitié, bien entendu) comme le veulent les consignes sanitaires, Covid-19 oblige, c’est le dernier James Bond, No time to die (Mourir peut attendre) qui… attend cependant depuis début 2020, qui ouvrira le bal ! « Définitivement, la pandémie mondiale du Covid-19 a changé la donne, argue, d’entrée de jeu Rajesh Callicharan. Les salles du monde entier étant restées fermées pendant plusieurs mois d’affilée, les studios d’Hollywood comme de Bollywood, eux, ont repris graduellement leurs activités.

Les tournages se sont déroulés dans le respect des consignes, et ainsi, des films étaient disponibles et prêts. Mais pas leur médium de prédilection, donc, les salles de ciné, pour les projeter.» Le gérant des salles MCiné et Novelty poursuit : « C’est ainsi que les plateformes de téléchargement (streaming), dont Netflix, Amazon Prime, entre autres, ont totalement changé la donne pendant ces confinements, dans le monde entier. Les studios de Bollywood, d’Hollywood et du monde entier, se sont tournés vers Netflix et autres pour écouler leurs produits. Ce qui a créé un énorme boom auprès du grand public, partout sur la planète. »

Néanmoins, retient M. Callicharan, « certains studios prestigieux, comme YashRaj Productions, en Inde, par exemple, mais également Barbara Broccoli et Michael G. Wilson, producteurs de James Bond, ont tenu à conserver et respecter le cachet typique des sorties en salles ! C’est ainsi qu’on démarrera avec James Bond : No time to die, le 5e et dernier épisode des aventures de l’agent secret, sous les traits de Daniel Craig. Et dans quelques semaines, on aura Sooryavanshi, réalisé par Rohit Shetty et produit par Dharma Productions de Karan Johar. » La magie des salles obscures, soutient encore R. Callicharan « peut passer par des moments durs et sombres. Nous en avons été témoins dans le passé. Mais, moi j’en suis sûr : le cinéma survivra ! »

Eric Mallac-Kœnig estime, pour sa part, que « ce n’est pas avant cinq ans, au minimum, que le cinéma commencera à retrouver ses marques ». Ces deux périodes de confinement quasi-successives ont évidemment impacté lourdement sur ce secteur. Tant lui que R. Callicharan « avons eu à nous séparer d’une partie de notre personnel. C’était inévitable. Avec les frais à maintenir et les investissements continus, afin de rester à la pointe de la technologie, pour répondre aux attentes du public, gérer des cinémas en temps de crise sanitaire mondiale, c’est cher payé ! Et nous n’avions aucune rente, il ne faut pas l’oublier. »

Les deux principaux gérants de salles de cinémas Mauriciens font remarquer que « depuis l’an dernier, avec le premier confinement, nous nous sommes adaptés à la New Normal, en accommodant uniquement 50% de la capacité des salles, et avec une gestion méthodique, comprenant la prise de température, l’usage des gels hydro-alcooliques, le port du masque permanent. »

Du côté des salles de Star, « même avant le Covid-19, nous avions pour habitude de nettoyer et désinfecter, de fond en comble, nos salles, chaque soir, après la dernière séance. C’est une question d’hygiène, parce que les salles de ciné, si elles sont mal aérées et entretenues, c’est un repaire de bestioles et de virus ! C’est une bonne habitude qui perdure, pour nous. » Dans les MCiné, outre l’aspect hygiène, « nous avons renforcé l’usage de Booking Online, avec un service quasiment Tailor-made, dans la mesure où le client peut carrément choisir sa place via notre service en ligne, et ainsi, acheter son ticket, sans avoir à faire la queue, manipuler de l’argent et autres.»

Eric Mallac-Kœnig et Rajesh Callicharan confient leur « bonheur de renouer avec le retour du public dans nos salles. Étant nous-mêmes de fervents cinéphiles passionnés et amoureux du cinéma, on a hâte de reprendre la projection des films, dans les meilleures conditions. »

Sacrée rentrée !

Que du lourd pour reprendre les affaires. Les salles de Star (Caudan à Port-Louis, Bagatelle à Moka et La Croisette, à Grand-Baie) et de MCiné (Trianon, Flacq et Port-Louis) ont en réserve quelques bons films de cette cuvée 2021 pour en mettre plein les yeux les cinéphiles locaux.

Ainsi, outre le James Bond Mourir Peut Attendre, qui débute le 8 prochain, les salles du Star ont déjà démarré avec Fast & Furious 9, la saga menée par Vin Diesel, Candyman, le reboot de l’excellent roman d’épouvante de Clive Barker; Kaamelot, la version ciné d’Alexandre Astier, et un film destiné aux plus jeunes, Les Bouchetrous. Dans les jours à venir, on découvrira également Black Widow, spin-off de Marvel Cinematic, autour du personnage de Natasha Romanoff, la Veuve Noire; Stillwater, thriller américain avec Matt Damon et Camille Cottin; Free Guy, une comédie d’action; Baby Boss 2, ou le retour du gamin le plus adorable qui est né en costard et cravate, ou encore Chehra, thriller indien mettant en vedette Amitabh Bachchan et Emraan Hashmi.