Reaz Chuttoo

Le président de la Confédération des syndicats des secteurs public et privé (CTSP), Reaz Chuttoo, dénonce les agissements de Sherry Singh, président du Transformation Steering Committee chez Air Mauritius. Ce dernier, dit-il, « est en train d’organiser une série de réunions avec les syndicats des employés de la compagnie » d’aviation nationale. Cette situation divise les syndicats, dit-il.

« Il est en train d’outrepasser les droits des syndicats. Il y a syndicats qui sont en train d’être éclatés en plusieurs morceaux en raison de ces petites réunions à droite et à gauche qu’il organise. La CSTP, qui représente les Licence Aicraft Engineer et les travailleurs d’Airmate, souligne que si l’administrateur veut revoir les accords collectifs existants, il faut faire appel à la section qui concerne le Variation of Collective Agreement. On constate cependant que l’intersyndicale est allée chercher une rencontre avec le ministre du Travail, où les intérêts des travailleurs d’Airmate avaient été exclus complètement de ladite réunion. On a pris comme prétexte qu’il y a un seul porte-parole pour huit syndicats. La réunion n’a pas eu les résultats escomptés, car les huit syndicats ne sont pas sur la même plateforme », a-t-il lancé.

« On ne comprend pas en quelle capacité il est en train de rencontrer les syndicalistes. On a même mis sur pied un comité technique dont un membre est déjà devenu manager chez Air Mauritius, alors qu’il est supposé représenter les cadres de la compagnie d’aviation nationale. Cette situation malpropre continue de prévaloir chez Air Mauritius avec les clés des chambres et des antichambres. Rien ne va changer de cette façon. Il n’y a pas de transparence dans les négociations alors que la CTSP représente environ 1 100 travailleurs sur un total de 3 000. Aucune information ne transpire. La kouma dir karapat pe sanss lisien », fait ressortir le syndicaliste.

Il conclut : « C’est très mauvais. Nous savons que dans le passé, une Task Force avait été mise sur pied et un petit groupe de privilégiés a obtenu des faveurs. Nous faisons un appel au ministre du Travail pour tenir une réunion avec nous, car la situation est en train de s’aggraver chez Air Mauritius. »