Vivo Energy Mauritius, société qui commerce et distribue des carburants et lubrifiants, a organisé un exercice de simulation d’incendie, jeudi matin, à son dépôt à Roche-Bois. Cet exercice vise à renforcer les procédures d’urgence et la capacité de réagir en cas d’incendie.

Pour cela, la compagnie a mobilisé ses employés et contractants de l’opérateur pétrolier, les habitants de la région, différentes unités de la force policière, les pompiers, le National Disaster Risk Reduction and Management Centre et les officiers du ministère de l’Environnement. A été mis en scène un incendie qui avait débuté dans une cuve du pétrole dans la cour de la compagnie. L’alerte a été donné à 9h30 précises et les procédures ont été initiées. Une équipe composée d’employés de la compagnie a, dans un premier temps, tenté de porter secours à deux personnes blessées après l’éclatement de l’incendie. Ces dernières ont été évacuées par les sapeurs-pompiers vers une zone de rassemblement avant d’être transportées et prises en charge par le Samu et d’être transférées à l’hôpital Jeetoo. En attendant, des employés et des habitants de la région ont été avertis par le signal d’alarme de la police et ont quitté leur maison pour se diriger eux aussi vers la zone de rassemblement.

Les responsables de cette opération et d’autres parties prenantes de cet exercice vont se rencontrer très prochainement pour faire le bilan de cette opération et noter les points forts et les faiblesses. Cet exercice s’est déroulé en présence de Matthias de Larminat, le Managing Director de Vivo Energy et Belinda Teeroovengadum Ramtohul, Marketing and Communications Manager de cette entreprise.

Mathias de Larminat s’explique : « Cet exercice de simulation avait pour objectif de renforcer la coopération entre les différentes parties impliquées dans l’intervention et de permettre en même temps aux responsables de la compagnie d’identifier les besoins en formation. C’est très important pour une compagnie comme la nôtre de mettre en place des plans d’urgence et d’assurer une participation active de voisins. On veut également assurer que le signal d’alerte est perçu par tous comme en situation réelle. »

Marie-Hélène Nourdine, qui habite à quelques mètres de la compagnie Vivo Energy, a été invitée à participer à cet exercice. Elle livre ses impressions : « Ti bizin donn nou plis explikasion avan ki similasion la komanse. Lot kou bizin pli prepare. » Elle est toutefois satisfaite que Vivo Energy ait pris cette iniatiative.

Estelle Collet, voisine de Marie-Hélène Nourdine, a assisté pour la première fois à un exercice de simulation. « No pa tro okouran. Enn sel kou nu tann la siren. Li bon ki finn organiz sa, sirtou akoz ena bokou zanfan ki res dan landrwa. » Accompagnée de sa petite-fille, Stephanie Chan Koop Mam, qui habite dans le voisinage, déplore que la police n’ait pas expliqué aux habitants les différentes étapes de cet exercice. « Zot ti bizin explike bien for ek anons kuma pou evakue », suggère-t-elle.