Image d'illustration :

La Rodrigues Government Employees Association (RGEA) se mobilise et pour la Fête du Travail le week-end dernier, elle a tenu à sensibiliser l’opinion sur les préoccupations majeures dans l’île. Le thème pour cette prise de conscience a pour objet “Fas a kriz COVID, lafiev aftez ek delo, ki politik gouvernman rezional ?”.

Julienne Meunier, secrétaire de cette instance syndicale, cet événement qui regroupe la Rodrigues Workers Federation, le syndicat du tourisme, celui du port et celui du secteur privé, vise à initier une réflexion axée sur les réalités rodriguaises que vivent les habitants de l’île au quotidien. Notamment la fièvre aphteuse, la crise de la COVID-19 affectant les Rodriguais même si Rodrigues n’a jusqu’ici enregistré aucun cas de contamination, et le problème d’eau. Et ce, afin de trouver des solutions et des résolutions qui éventuellement pourraient déboucher sur des actions à entreprendre pour transformer la société rodriguaise, en faire un lieu où il fait bon vivre.

À l’issue des échanges, il a été décidé qu’une manifestation sera organisée dans les rues. Mais aucune date n’a encore été arrêtée à ce jour. Idola Potiron, une participante, a partagé ce qu’elle a vécu après la manifestation pour l’eau qui avait eu lieu à Île Michel, où elle avait été arrêtée et incarcérée par la suite. Expérience qu’elle dit avoir vécue sans amertume ni rancune.

Prenant la parole, Alain Tolbize, président de la RGEA, a été catégorique. « Delo pa sipoze enn zafer ou bizin al lager ou bien al manifeste pou gagn sa. Se ou dwra sa. La osi ler ou al manifeste lapolis aret ou tou. Li enn zafer otomatik ki ou bizin gagne. Leta ena responsabilite pou donn ou delo. Dayer gouvernamn Moris inn ratifie konvansion internasional ki dir ki tou dimounn ena drwa gagn akse a delo potab ki pa nwir ou la sante. Pa sa delo desalman ki ou pa kone ki ou pe bwar la ek ki so lefe lor ou lasante », a-t-il dit. Il a rappelé que le Premier ministre, Pravind Jugnauth, avait répondu à l’Assemblée nationale que durant les cinq dernières années, plus de Rs 400 millions avaient été investies dans le secteur de l’eau à Rodrigues. Mais qu’aucune amélioration n’a été constatée.

Et Alain Tolbize de poursuivre : « Nou finn aprann osi ki an 2015, l’Union européenne ti donn Rodrig Rs 13 milion pou investi dan delo me an 2020 lasanble rezional finn rann zot Rs 9,7 milion ladan. Larzan la inn gagn kado me pa finn servi. Nou poz nou kestion kifer pei ena problem, donn ou larzan kado ou pa servi li ou rann larzan la. Sef komiser limem li finn dir dan dernie bizde ki bizin 18 000 m3 delo par zour pou Rodrig me prodiksion li 9 000 m3. Sa ve dir pe prodwir lamoitie seki nou bizin. Be kouman ou kapav vinn promet dimounn pou gagn delo enn fwa par semenn ? Ou pe koz manti. Aster kouman bann travayer dan delo kapav donn ou delo kan delo la pena ? Kan pena delo planter pa kapav plante. »

Alain Tolbize trouve inacceptable que l’Assemblée régionale décide aujourd’hui d’emprunter de l’argent pour investir dans ce secteur. « Zordi zot pe al pran Rs 1 miliar roupi prete avek Mauritius Investment Corporation pou zot investi dan delo. Personn pa ti vot zot pou al pran larzan prete. Kisanla pou rann sa ? Lasanble rezional lamem li atann gouvernan santral donn li bidze, aster li al pran larzan prete pou rezoud problem delo ? Kifer Rodrig bizin pran larzan prete pou delo ? Eski bann District Council dan Moris pran larzan prete pou regle problem delo ki enn drwa iniversel ? », s’interroge-t-il. Il estime « que c’est quelque chose de très grave » et se demande également qui sera le garant pour cet emprunt, qui sera négocié par une compagnie privée et qui sera encore une fois investi dans le projet de dessalement.

Selon le président de la RGEA, l’eau est devenue un business très rentable dans l’île. « Bokou rimer pe sirkile ki dir ki sertin dimounn bien plase dan gouvernman ena kamion sitern delo prive. Kitfwa akoz samem zot pa anvi regle problem delo akoz zot bizness pa pou marse. » Et de poursuivre : « Lot fwa dan manifestasion delo, komiser delo vinn dir lapli pa pe tonbe. Be ou fini investi dan desalman apre ou vinn dir lapli pa pe tonbe ? Be ki lapli enan pou fer avek desalman ? Enan bann lezot rimer pe dir ki enn komision dan mwa desam ti pey Rs 200 000 pou donn delo prizon Pointe-La-Gueule. Ti lans tender sa ? », s’interroge-t-il.

Selon lui, si cela se révèle vrai, c’est un « juicy business ». Alain Tolbize a également fait état d’un réservoir nouvellement construit à Montagne Cabris où des camions-citernes sont utilisés pour remplir le réservoir. « Kan nou dir bizin reabilit bann dam ek bann ti lasours, zot pa fer sa zot, zot koz zis desalman. Akoz ek desalman gagn boukou larzan pou manze ? Gouvernman rezional inn fel dan zafer delo », a-t-il soutenu. Il maintient que le gouvernement régional n’a aucun intérêt à résoudre le problème d’eau. « Nou pou bizin pran bann desizion ki pou revey bann dimounn. Pa kapav nek asize koze. Nou bizin pran bann rezolision bien for ek bien solid. Ek nou pa kapav less lasanble rezional pran desizion pou al pran loan lor nou nom, angaz nou bann zanfan ek bann zenerasion fitir alor ki zot pa finn konsilte nou », a-til dit.

De son côté, Poison Azie trouve que « seki pli interpel mwa ladan se sa maladi lafiev aftez la. Bokou dimounn pa pe rann zot kont ki se pa zis enn maladi, se enn problem kriz ekonomik dan Rodrig. Bokou dimunn dan Rodrig se bann elver ki kont lor zot zanimo pou zot viv. Mo demann tou bann Rodrige pran sa maladi la kouman enn zafer bien serye. COVID-19 afekte dimounn ek lafiev aftez afekte zanimo. Mo swete ki maladi la pa fer tro dega ek ki bann dirizan responsab dan Rodrig mobiliz dimounn pou ki maladi la pa propaze ek ki zot trouv enn solision pli vit posib. Mo ti pou kontan ki lasanble rezional soutenir sa bann elver ki depann lor la pou zot viv. La zanimo pa pe exporte, bizin soutenir bann elver. Ekout sa bann dimounn la pou konpran zot problem parski zot bizin fer zot fami viv zot osi ».

Pour Robertson Mercure, ces thèmes concernent toutes les composantes de la société rodriguaise. « Sa bann size la touss lavi tou bann Rodrige. L’élevage est un secteur économique important et beaucoup de personnes traversent des difficultés à cause de la fièvre aphteuse. La COVID-19 fait très peur et par ailleurs, beaucoup de secteurs sont à genoux. Il n’y a pas d’avion, donc pas de vols. De ce fait, pas de touristes, les produits locaux ne trouvent pas d’acheteurs. En plus, le problème d’eau qui ne date pas d’hier concerne chaque Rodriguais. Depuis des années, nous attendons que ce problème soit réglé mais en vain. Les gouvernements se succèdent mais le problème reste entier. Avec tous les millions investis dans ce secteur, la situation empire », soutient-il.