– Les travailleurs du port réclament Meal Allowance, Risk Allowance et Dining Room

– Le Black Rhino contraint à être en tête de rade toute la nuit, des produits inflammables n’ayant pu être débarqués

Bien que Maurice soit « under lockdown » depuis le 10 mars, le navire cargo MV Black Rhino – qui assure le ravitaillement des commodités de base en provenance de Port-Louis –, est arrivé à Rodrigues en début de semaine. Cependant, les choses se sont corsées sur le quai, des travailleurs du port ayant refusé d’opérer sans l’accord concernant certaines conditions au préalable. Vers 9 heures, lundi, à l’arrivée du Black Rhino, le représentant des travailleurs du port serait allé voir le représentant de Rogers Shipping pour lui faire part des doléances mais celui-ci a opposé une fin de non-recevoir. Ce qui fait que toute la journée de lundi, aucun travailleur ne s’est attelé à la tâche.

À l’arrivée du Black Rhino, les autorités sanitaires ont exigé que les protocoles soient respectés à la lettre. Ce qui veut dire que quand les travailleurs arrivent à 7 heures, ils n’ont pas le droit de sortir jusqu’à ce qu’ils aient terminé leur travail à 21 h. Nombre de travailleurs du port ont posé des questions à cet effet. S’agissant de protocoles, « comment se fait-il que l’officier sanitaire qui monte à bord du bateau, n’ait pas l’obligation de prendre un bain sanitaire en ressortant ? » Donc, « comment exiger que les travailleurs doivent obligatoirement prendre un bain ? »

Les travailleurs ont donc émis une série de revendications, comme suit : qu’une salle de bain soit mise à leur disposition à 20 heures 30, l’heure à laquelle ils arrêteront de travailler, afin qu’à 21 h tous les travailleurs aient eu le temps de prendre de bain avant de rentrer chez eux. Ils ont également fait mention de Meal Allowance. Et se considérant comme Frontliners, ils déplorent le fait qu’ils n’aient pas le droit à de Risk Allowance. Ils ont également demandé qu’un Dining Room soit mis à leur disposition. Et vu qu’ils n’aient pas le droit de quitter leur lieu de travail, ils réclament que de l’eau potable soit mise à leur disposition. Toutes ces recommandations ont été soumises au représentant de Rogers Shipping.

Par la suite, au cours de cette même journée, les travailleurs ont été informés qu’une salle à manger allait être mise à leur disposition temporairement dans le Passenger Terminal. Quant à la Risk Allowance, la compagnie a accepté de faire le nécessaire dans ce sens. D’autres doléances soumises n’ont pu être débattues et seront sujettes à discussions dans un proche avenir. Et vers 16 h 30 le 15 mars, un accord a été trouvé afin que le travail commence.

Mais un problème persistait, et concernait les ‘flammable products’ à bord du ‘Black Rhino’, notamment le gaz, le diesel, l’essence et le petrol, entre autres. Ces produits, sous 28 conteneurs, n’ont pu être débarqués. Donc, le ‘Black Rhino’ a dû quitter le quai de Port-Mathurin dans l’après-midi du 15 mars, pour se mettre en tête de rade à Port Mathurin. C’était obligatoire. Normalement, ces produits sont les premiers à être débarqués à l’arrivée du navire, selon toutes les normes de sécurité requises. Et le matin du mardi 16 mars, le navire cargo est revenu à quai et le travail a démarré comme à l’accoutumée, avec une victoire sur le plan de certaines revendications.

Affaire à suivre.