Des pancartes « politik dominer nou pa oule », « politik diskriminatwar anver bann Rodrige nou pa oule », « retourn nou bann fami dan Rodrig », (faisant référence aux Rodriguais encore bloqués à Maurice), ou encore « gouvernman racis, dominasion kolon, avek konplisite kolon lokal nou pa oule », étaient brandies par de nombreux manifestants, samedi, à Port-Mathurin. Suite à l’appel lancé pour une mobilisation afin de redire non aux « injustices » relevées, des Rodriguais sont descendus dans la rue. Les organisateurs estiment que cette manifestation a été « un franc succès ».

Cette action, qui a vu la participation des politiciens de tous bords, était une « démarche apolitique », organisée par une plateforme citoyenne composée d’organisations syndicales, de citoyens engagés, des ONG, ainsi que des membres de la société civile, pour ne citer que ceux-là.  « Kan nou bann dirizan pa oule tande, nou desann da lari pou zot tande », soutiennent les responsables. Au final, cette manifestation avait pour but de faire entendre la voix des sans voix pour déboucher sur « une île Rodrigues où il fait bon vivre pour tous les Rodriguais».

Sur le trajet de la gare routière, à Baie-Lascars, le ton était donné. « Se enn manifestasion legal sa. Personn pa pou kapav fer nou narnien. Nou pe vinn reklam nou drwa la, parski kan koz avek zot (les dirigeants, ndlr) zot deklar pa tande ou zot pa konpran. Aster zot pou bizin konpran. Sa bann zafer zot pe fer san demann nou la, bizin arete sa. Zot pou al pran Rs 1 miliar prete pou rezoud problem delo. Nou ki pou pey sa apre. Zot inn demann nou ki nou panse ? Nou ti vot zot pou al pran Loan lor nou nom ? Pou ki zot pe pran nou, pou zot boufon ? Mo pa panse zot anvi rezoud problem delo vremem parski si zot ti anvi solision ena », soutiennent des manifestants.

Et d’ajouter : « Zot pe azir avek konplisite gouvernman santral ki pe toler zot, ki pe aksepte tou seki zot anvi, ziska aksepte ki zot bann prop dimounn mor dan Moris. Sak fwa enn vol saniter vini, ena Rodrige mor ladan, nou bizin siport zot ek kontan zot mem ? Ki kalite gouvernman sa ? Lev pake ale, ris f… ale akoz nou finn plin ek zot. Nou pa bizin sa kalite gouvernman-la nou. »

D’autres manifestants scandaient des slogans tels que « politik ti kopin ek politik get figir nou pa oule », « pran Loan Rs 1 miliar lor nou nom nou pa oule », « nou fer sakrifis pou anvoy nou zanfan lekol pou gagn sertifika apre li pa gagn travay », ou encore « fer nou bwar delo sale nou pa oule ».

Ils faisaient aussi ressortir « le manque de soutien » envers les éleveurs, les planteurs et les chômeurs, ainsi que ce qu’ils estiment être « le manque de considération envers les fonctionnaires », car, disent-ils, « le gouvernement régional refuse de remplir les postes vacants au sein de l’administration régionale ». Tout au long de la marche à travers les rues, les manifestants ont exprimé leurs exigences et leurs souhaits, notamment celui d’avoir droit à un bon système de santé ou d’avoir accès à l’eau. « Ti dir nou pou gagn delo enn fwa par semenn me zordi zot pe fer nou al sers delo dan lamer pou nou donn nou fami bwar », déplorent-ils.

Il y a eu un arrêt devant La Résidence, qui est le siège du Conseil exécutif, où des décisions sur l’avenir des enfants rodriguais sont prises. « Kot zot mem desid lavenir nou zanfan san ki zot demann nou », disent les manifestants. Un autre arrêt a également été noté devant le siège de l’Assemblée régionale afin de faire faire comprendre que le peuple « en a assez » et refuse carrément la façon de faire de nos politiciens et dirigeants locaux.

Les organisateurs soulignent que cette manifestation n’est qu’un avertissement à l’encontre des autorités régionales. « Nou pe fer zot kone ki si zot pa tande, nou pou revini. Nou kone koman pou fer zot tande ek nou ena mwayin pou fer zot tande », disent-ils.