Pour dénoncer l’injustice sociale, l’abus de certains parents sur la maltraitance de leurs enfants et la promesse d’eau 24h sur 24, Louis Baby Joson, du mouvement apolitique, Debout Citoyen, invite les Mauriciens à participer à une marche pacifique, prévue le samedi 5 décembre, à partir de 14h30 à Rose-Hill, soit près du magasin Galaxy.

Un sentiment de ras-le-bol anime, depuis quelque temps, les Mauriciens et, pour Louis Baby Joson, de Debout Citoyen, après la pandémie de COVID-19, qui a secoué le pays, « il est l’heure de revoir certaines priorités ». Un des grands problèmes du moment, selon l’intervenant, demeure les coupures d’eau drastiques. « Le manque d’eau est à déplorer. Il ne faut plus se fier aux grands discours d’antan que les Mauriciens auront de l’eau 24/7. La situation porte plus sur un 24 sec », dit-il.

Dans un autre ordre d’idées, évoquant le décès du petit Ayaan, suite aux coups portés par son beau-père et qui a voulu maquiller son crime, Louis Joson se dit « attristé » que des cas similaires interviennent souvent. « C’est incompréhensible de voir une doctoresse signer un acte de décès à un coût aussi exorbitant. Pire, de voir une maman soutenir son concubin plutôt que son propre enfant. Bizin aret touy zanfan. Il est temps de mettre en place un plan d’encadrement pour certains parents, qui n’arrivent pas à s’occuper de leurs enfants ou des enfants à leur charge lors d’un remariage. Un enfant n’est pas un jouet et ce ne sont pas les coups qui vont résoudre des problèmes d’ordre familial. »

Sur la question d’injustice sociale, Louis Joson estime que cela « se fait à plusieurs niveaux », notamment dans le travail et la manière dont les contrats sont attribués. « Il est temps de dénoncer tous ces abus », dit-il, invitant les Mauriciens concernés à le retrouver le 5 décembre, à Rose-Hill, pour débattre de ces épineux sujets et pour trouver des solutions adéquates à ces problèmes qui « perdurent trop longtemps ».