Photo illustration

Les pilotes de MK affiliés à la Professional Pilots Union qui sont sous le régime de Leave Without Pay et du segment d’employés les plus touchés par la crise, souhaitent obtenir d’Air Mauritius une assistance financière, en particulier pour cette fin d’année 2020 et pour janvier 2021.

Dans un courrier adressé à MK, le représentant de ce syndicat, Sadate Esoof, affirme que ce segment d’équipage est confronté à de grosses difficultés financières. Ainsi, il demande à MK d’envisager une option de rémunération conjoncturelle avec une déduction ultérieure du solde une fois qu’ils auront repris leurs fonctions en avril 2021. En fin de compte, une assistance financière est absolument nécessaire à ce stade et contribuerait certainement à atténuer une partie du stress financier actuel qu’une grosse partie des pilotes, en congé forcé, endure à cause de la pandémie de Covid-19.

Dans un autre volet, la PPU attire l’attention urgente des responsables de MK sur le fait que des membres ont signalé qu’ils étaient inscrits de la manière inéquitable: 1) pour de longues périodes d’isolement, combinées à un isolement continu de plus de sept jours ; 2) stand-by avant leurs jours de congé, risquant ainsi d’augmenter encore la période d’isolement déjà longue en cas de rappel au travail.

La PPU rappelle qu’il est entendu que les jours de congé sont réservés aux loisirs et à la détente. Ainsi l’isolement, qui restreint les mouvements de la personne, ne peut être considéré comme des jours de congé. Le syndicat insiste fortement que pas plus de sept jours d’isolement ne doivent être imposés entre les jours de congé.

Les pilotes se disent reconnaissants d’avance à MK de se pencher sur les situations précitées et de prendre les mesures correctives afin de garantir une voie sûre et équitable pour tous les employés. Car la situation actuelle cause un stress considérable aux membres du syndicat et, dans certains cas, a un impact sur leur bien-être psychologique, ce qui est un signal d’alarme à la fois pour l’efficacité et la sécurité des opérations déjà compromises.