Le 12 mai marque la Journée mondiale de l’infirmière. Ils sont environ 4 000 dans les secteurs public et privé à dispenser des soins aux patients. L’engagement, la détermination, la persévérance et le sens de professionnalisme de ces hommes et femmes en blanc, travaillant avec amour pour s’occuper des malades, sont salués à travers le monde. Le suivi des prescriptions médicales, l’encadrement matériel et psychologique des patients, leur éducation tant sur les plans de la réhabilitation que de la nutrition sont les préoccupations quotidiennes du personnel soignant.

Aujourd’hui, est commémoré l’anniversaire de la naissance de Florence Nightingale (1820-1910) infirmière britannique qui se dévoua particulièrement durant la guerre de Crimée (1854-1856) et fonda la première école d’infirmières professionnelles à Londres en 1860. Les infirmières et les infirmiers sont actuellement au front, luttant jour et nuit contre la pandémie de COVID-19 dans les hôpitaux, dans les centres hospitaliers de l’ENT à Vacoas et à Souillac où les patients positifs à la COVID-19 sont soignés.

La Journée mondiale des infirmières est célébrée sur le thème, “Nurses: A Voice to lead. A Vision for Future Healthcare”, décrété par l’International Council of Nurses. C’est l’occasion de rendre hommage aux infirmiers qui ont largement contribué à limiter la transmission du coronavirus à Maurice grâce à des tests PCR dans plusieurs endroits et des soins prodigués dans les centres de santé.

En raison de la pandémie, il n’y aura pas de célébrations dans les hôpitaux. Et le service de soins fonctionne à plein régime, soit du côté des hôpitaux, des dispensaires, et la campagne de vaccination se poursuit à un rythme accéléré avec la deuxième dose de Covishield administrée ce matin aux “frontliners” des hôtels, à l’hôtel Sugar Beach, Flic-en-Flac. Les éducateurs ont obtenu leur première dose du vaccin Sinopharm samedi et lundi à l’école primaire de Petite-Rivière où la Team Leader, Anna Luximon, épaulée par des médecins et des infirmiers chevronnés de l’hôpital Victoria, assure que le dispositif mis en place « fonctionne à merveille ».

Pradeep Taukoor de la Senior and other Nursing Staff Association a tenu à saluer la contribution des infirmiers, infirmières, sages-femmes et aides-soignants pour leur persévérance, leur courage et leur sens de patriotisme, « en mettant souvent leur propre vie en danger contre un virus invisible ». Les infirmiers ont été au-devant de la scène depuis le début de la pandémie, a-t-il rappelé. Ils ont consenti à d’énormes sacrifices en travaillant jour et nuit pour contrôler les effets néfastes du virus en 2020 et cette année encore, 95% du personnel sont présents dans les hôpitaux. Il a réclamé que le gouvernement accorde une “risk allowance” aux infirmiers « qui risquent à n’importe quel moment d’être contaminés dans l’exercice de leurs fonctions ». Il y a aussi un manque d’infirmiers dans le secteur public car une bonne partie des personnels soignants a été postée dans les centres de quarantaine et au New ENT Hospital dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

Pradeep Taukoor a rendu hommage aux 2 711 membres de la profession d’infirmier qui ont perdu leur vie à travers le monde dans l’exercice de leurs fonctions et aux 1,6 million de cadres des services de santé qui ont été contaminés à travers le monde. Il a remercié le ministre de la Santé, le Dr Kailesh Jagutpal, le Dr Joomaye et le Dr Sudhir Kowlessur, Chief Health Promotion and Research Coordinator au ministère de la Santé pour avoir pris les dispositions nécessaires afin que 216 926 personnes soient vaccinées avec Covishield/Astra Zeneca, Covaxin et Sinopharm.

Le pays recevra d’autres vaccins dont 500 000 doses sous le mécanisme Covax. Faisant les éloges du ministre Jagutpal, il a dit que « ce ministère lui va comme un gant » et qu’il a assumé ses fonctions « at the right time ». L’exercice de “contact tracing” et le “massive testing” ont permis un certain contrôle sur la pandémie, a-t-il précisé.