Améliorer la santé de la future mère, du nouveau-né et de l’enfant qu’il sera. Tel est le but du “Maternal and Child health handbook” qui a été lancé par le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal, en présence du représentant de l’OMS à Maurice, le Dr Laurent Musango.

Le ministre Jagutpal a expliqué que la conception de ce livret s’insère dans le cadre d’un “National Roadmap Framework” lancé en février 2020 dont l’objectif est de promouvoir le bien-être des femmes, des nouveau-nés et des enfants. Parmi les diverses recommandations, la conception d’un “Maternal and Child health handbook” était une priorité. Ce livret qui sera remis aux parents et aspirants parents est un puissant outil. « Il permettra aussi au service de santé public de mieux gérer les grossesses, accouchements et vérifier si la mère et l’enfant reçoivent les meilleurs soins durant les années déterminantes suivant la grossesse, » dit-il.

Le ministre a rappelé que Maurice est une population vieillissante et qu’en 2019, le pays a enregistré 12 800 naissances, soit une baisse en comparaison avec les années précédentes. « Notre devoir est de renverser la tendance mais nous devons en même temps assurer que les nouveau-nés soit en parfaite santé. » Selon le ministre, le taux de mortalité infantile était de 14,3 pour 1 000 naissances vivantes comparé à 13,8 en 2018. « Nous avons rehaussé nos Neo-Natal Intensive Care Units à travers l’île. 100 médecins et 100 infirmiers ont été formés pour travailler à la NICU. Nous avons aussi introduit une nouvelle thérapie, la thérapie hypothermique pour les bébés naissant avec asphyxie et dont les cas sont critiques à la naissance. Ce traitement est crucial dans la lutte contre la paralysie cérébrale et les bébés sont alors moins à même de souffrir de problèmes de santé graves lors de leur croissance. »

Kailesh Jagutpal a annoncé que son ministère s’est engagé à mettre sur pied une National Tertiary Neonatal ICU avec une capacité de 14 lits à l’hôpital Victoria. Il a ajouté que de 2010 à 2018, le taux de naissances de faible poids, soit moins de 2,5 kilos, oscillait entre 16,3% à 17,5%. En 2019, ce chiffre a augmenté, atteignant 19,9%. « Nous dynamiserons nos stratégies de sensibilisation et de prévention », a-t-il. Il a ajouté que la cinquantaine de pays qui ont adopté un tel livret a confirmé une amélioration du savoir des parents au sujet des questions de santé de la mère et de l’enfant de même qu’une amélioration des comportements durant la grossesse, l’accouchement et la période suivant l’accouchement.

Le Dr Laurent Musango a abondé dans le même sens en soulignant que ce manuel est un outil très important pour recueillir les données de la mère pendant la grossesse jusqu’aux 1 000 premiers jours de l’enfant. « Jusqu’ici, il n’y avait pas de système à Maurice recueillant des données si importantes pour la mère et l’enfant. »

Le livret fait de la place pour les antécédents médicaux et le profil prénatal. Il contient des informations précieuses sur la nutrition, l’importance du sommeil et les avantages de l’allaitement, entre autres.