• Le changement du calendrier a causé des cafouillages dans l’enregistrement des candidats
  • Après négociations, Cambridge accepte « exceptionnellement » de ne pas réclamer de frais supplémentaires pour les changements

Ils ont eu chaud ! Des recteurs se voyaient ces derniers jours, avec des réclamations de pénalités du Mauritius Examinations Syndicate (MES), pour enregistrer les candidatures tardives ou pour corriger les mauvaises entrées. Les parents ayant refusé de payer ces sommes qui s’élevaient jusqu’à Rs 100 000 dans certains cas, les responsables des collèges devaient puiser de leurs poches. Suite aux négociations entamées par l’United Deputy Rectors and Rectors Union (UDRRU) avec le ministère de l’Éducation et le MES qui, à leur tour, ont négocié avec Cambridge, cette situation a pu être évitée de justesse.

Ce décalage a été provoqué par le fait que le calendrier scolaire a changé, en raison de la COVID-19, contraignant ainsi les candidats mauriciens à prendre part aux examens de Cambridge en avril/mai/juin, au lieu d’octobre/novembre, comme d’habitude. « Ce qui fait qu’il y a eu des changements dans les codes pour les différentes matières. Même General Paper a changé de nom. Tout ceci fait qu’il y a eu quelques confusions. Surtout du fait que les enregistrements ont été faits tardivement, soit en décembre, alors que les élèves et les “head of departments qui doivent contre-vérifier les entrées étaient en vacances” », explique Vikash Ramdonee, secrétaire de l’UDRRU.

Généralement, les frais de pénalités pour tout changement dans les candidatures sont encourus par les parents, même si c’est l’État qui paye les frais d’examens. Dans ce cas précis, beaucoup de parents ont refusé de payer, car ils n’étaient pas responsables des erreurs. Ce qui fait que certains recteurs auraient dû puiser de leurs poches, suivant une circulaire du MES en date du 8 février, qui leur demandait de régler les frais au plus tard le 24 février. Dans certains cas, la somme était aussi élevée que Rs 100 000.

Dans ce scénario catastrophe, l’UDRRU a entrepris des négociations avec le ministère de l’Éducation et le MES, qui à leur tour, ont cherché un accord avec Cambridge International Examinations, au vu de la situation inédite causée par la pandémie de COVID-19. C’est finalement en fin de semaine dernière que la nouvelle est tombée. Cambridge accepte « exceptionnellement », en raison de la situation actuelle, à annuler les pénalités. Un « ouf » de soulagement pour les recteurs.

Vikash Ramdonee se dit satisfait de ce dénouement et remercie le ministère et le MES pour leur compréhension du dossier et pour avoir réagi rapidement à la demande des recteurs. « Je souhaite maintenant que nous allons aussi trouver une solution concernant le calendrier d’examens du HSC pour les candidats en Arts Side, car ils ont 16 examens en neuf jours. Là également, des négociations ont été entreprises avec l’examinateur. »

D’autre part, l’Acting Rector du collège Royal de Curepipe lance un appel au ministère de permettre aux candidats de HSC d’aller en congé de révision dès ce vendredi. « Généralement, on arrête de compter les absences lorsque les candidats reçoivent la copie finale du Time Table. Mais nous sommes à la veille des examens internes qui débutent la semaine prochaine et nous n’avons toujours pas le Time Table final. Ce sera difficile pour les administrations des collèges de gérer à la fois les examens internes et les classes de HSC. C’est pour cela que nous faisons appel à la compréhension du ministère, pour qu’ils puissent officiellement prendre leur congé de révision, sans être pénalisés. »

Soulignons que les tarifs appliqués les examens cette année sont de Rs 1 932 par matière pour le SC ; Rs 3 873 (principal) et Rs 2 716 (subsidiaire) pour le HSC. Si les pénalités étaient appliquées, les tarifs seraient passés à Rs 4 230 par matière pour le SC ; Rs 6 224 (principal) et Rs 5 035 (subsidiaire) pour les nouvelles entrées. Et en cas d’amendements, les frais seraient de Rs 4 355 par matière pour le SC ; Rs 6 349 (principal) et Rs 5 160 (subsidiaire).