Dans le but de sensibiliser la population sur l’état de nos lagons et l’urgence de faire de petits gestes afin d’aider à sauver nos coraux, quatre jeunes se sont mobilisés à travers un défi sportif. En effet, à l’initiative de l’Ong Reef Conservation, ils escaladeront dix montagnes de l’île en cinq jours, soit du 3 au 7 novembre. « C’est une manière de souligner l’importance de protéger notre patrimoine végétal, car c’est un maillon crucial dans la protection des coraux. La végétation des montagnes absorbe en effet le dioxyde de carbone qui, à son tour, empêche le blanchissement des coraux », expliquent les participants.

Les quatre jeunes graviront ainsi Le Pouce, le Snail Rock, le Goat Rock, la Spear Grass, la Montagne des Signaux, Le Chat et la Souris, la Montagne Bambous, la Montagne du Lion, Pieter Both et le Crève-Cœur Peak. Le cinquième jour, ils arriveront à Tamarin en kayak vers 17h pour finir avec un concert sur la plage de la localité. L’objectif de Reef Conservation dans ce projet est de créer des ponts entre les acteurs de la société civile, le monde scientifique et les décideurs.

Face à l’urgence écologique qui pèse sur notre écosystème marin, des Ong se sont mobilisées ces dernières années pour comprendre et faire un état des lieux de la vitalité de cet écosystème. Avec le réchauffement intense de l’océan et l’impact de l’action humaine, l’état des coraux tropicaux continue de se dégrader à vitesse grand V, conduisant parfois à leur mort. Aussi est-il impératif d’alerter la population et d’agir. Il faut en effet savoir que plus de 70% de nos coraux sont déjà atteints par le phénomène du blanchissement. Pour sa part, l’Ong Ecomode oriente désormais son action vers la plantation de coraux dans les lagons de Flic-en-Flac et de Pointe-aux-Feuilles.

Les quatre grimpeurs sont : Letissia Molen, jeune volontaire engagée au sein du Groupe A de Cassis/LacazA et Holistic Educator; Fabrice Gregory Pytambar, de Sainte-Croix, actif au sein du Groupe A de Cassis et musicien à l’Atelier Mo’Zar (il a aussi eu l’occasion de participer à des formations et d’être animateur de sessions de formations destinées aux jeunes dans le besoin); Ryan Molen, étudiant, volontaire actif au sein du Groupe A de Cassis, scout et animateur au sein de la cellule Cazado, qui regroupe une vingtaine de jeunes; et enfin Pascal Laroulette, de Pointe-aux-Sables, comptable de profession au sein d’un établissement bancaire. Ce dernier est aussi un passionné attentif de la nature et se bat sur tous les fronts écologiques.

Ce projet mobilise également de nombreux collèges à travers plusieurs axes de travail. Ainsi, des collégiens ont organisé une exposition de photos sur les facteurs contribuant au blanchissement des coraux, comme la pollution causée par le plastique à usage unique ou encore les mégots de cigarettes. Parmi les autres activités figure un atelier de peinture/sculpture sur les fonds marins, avec une exposition à la clé. Mais aussi la création d’ateliers de slams sur l’importance de protéger nos coraux ou sur les facteurs qui blanchissent nos coraux, une opération de nettoyage des mégots de cigarettes et des bouteilles en plastique dans l’environnement immédiat des établissements scolaires. De même que l’initiation à des actions concrètes pour sauver nos coraux (comme boire dans des gourdes au lieu de bouteilles en plastique), la réalisation d’une vidéo où les collégiens passent des messages sur l’importance de protéger nos lagons, ou encore la réalisation d’une vidéo sur l’importance d’utiliser une crème solaire respectueuse de l’écosystème marin.