Photo illustration

Tanvir Jagoo, un ancien employé de la National Transport Authority (NTA), a adressé une lettre au commissaire de police et aux autres instances concernées, photos à l’appui, pour attirer leur attention sur « l’anarchie qui règne depuis des années », dit-il, sur les deux côtés de la route où se situe l’arrêt d’autobus à Venus, rue Brabant, Port-Louis. Il dit envisager d’entamer une grève de la faim « si les autorités ne prennent pas des actions concrètes pour changer la situation ».

« Despite having reported this matter to the NTA, on or about 2011, when I was his staff, this matter remained in the drawers. Bus continuously waiting at the Venus bus stop, causing other buses to take passengers far away from the bus stop and the following buses have to keep a distance away from the bus parked at the bus stop, so as to be able to proceed for the routes. Such conducts surely make the traffic more congested and dangerous. As passengers would opt to catch the bus further away, there is no guarantee that they would get it. As such buses may leave any time », explique-t-il.

L’auteur de la lettre fait aussi mention de la manière dont les conducteurs utilisent les trottoirs pour garer leur véhicule, forçant ainsi les autres véhicules à rester un bon bout de temps sur l’arrêt d’autobus. « Les conducteurs ne se soucient pas des passagers. Ils ne les respectent pas. De plus, il n’y a aucune indication sur place pour que les conducteurs sachent où ils doivent s’arrêter pour permettre aux passagers de prendre place dans les autobus », explique-t-il.

Tanvir Jagoo poursuit : « Je vous laisse imaginer le calvaire enduré par les personnes handicapées qui voyagent par autobus. No action has been taken despite reporting this matter almost a decade. » Et de rappeler également, dans sa lettre, que « la situation aurait dû changer, car les bureaux de la NTA se trouvent à moins d’un kilomètre de l’arrêt d’autobus de rue Brabant, à Venus ».

Il explique : « Due to the fact that the authorities have allowed the buses to operate in such manners, this causes passengers to cut through buses to board those on the next lane. As most of the time, the buses are either killing time or may resort to rat-racing. Therefore, the mere moment of inattention by a driver may be fatal for the passengers boarding the buses on the other lane. »

Tanvir Jagoo suggère donc la présence d’un policier de manière régulière pour assurer la sécurité des passagers et pour éviter une congestion routière dans la localité. Il souhaite également que les autorités concernées mettent en place un système pour contrôler les mouvements des autobus qui quittent cette zone. « I wonder why such a monkey business has been allowed to prevail for so long time. At times, buses opt to wait there for more than five minutes. Where are we going in ths country ? » se demande-t-il.

Il ajoute : « Buses of Plaine-Verte, Vallée-Pitot and Tranquebar may remain there up to 10 minutes. It is high time for Mauritius to be proactive. Should this situation be allowed to deteriorate further ? I humbly request for urgent corrective actions, failing which I will start a hunger strike. »