- Publicité -

Souverainté territoriale : Chagos en couverture de la Constitution

La nouvelle édition de la Constitution de Maurice arbore désormais un nouveau visuel, celui de la nouvelle carte du monde publiée par les Nations unies indiquant les Chagos, faisant partie du territoire mauricien. « Cette édition se veut être un hommage à la longue lutte menée par notre pays pour la reconnaissance de notre souveraineté sur l’archipel des Chagos », fait-on ressortir au niveau du ministère de la Justice.

- Publicité -

Il était question de commémorer les étapes marquantes dans la lutte post-indépendante et les récents développements juridiques et historiques ayant débouché sur la décolonisation complète dans la revendication des droits territoriaux de la République de Maurice.
Parmi les principales phases historiques ces dernières années, le ministère de la Justice souligne l’avis consultatif rendu, le 25 février 2019, par la Cour internationale de Justice, à l’effet que l’archipel des Chagos est, et a toujours été, partie intégrante du territoire mauricien (article 111 de la Constitution) et que celui-ci a été illégalement excisé pendant la période pré-Indépendance. Il y a eu aussi le jugement du 28 janvier 2021 rendu par l’International Tribunal for the Law of the Sea, dans le cadre du litige entre Maurice et les Maldives. Il a reconnu que la souveraineté de Maurice s’étend sur l’ensemble de son territoire, incluant les Chagos.

La nouvelle carte mondiale, qui avait été publiée par le secrétariat des Nations unies, présente l’archipel des Chagos comme un territoire mauricien. Le ministère de la Justice a déjà procédé à la remise des copies de cette publication à toutes les ambassades et les autorités publiques.

À l’occasion des National Awards 2021, le 13 novembre dernier, le président de la République, Pradeep Roopun, avait remis une copie au Pr Philippe Sands, QC, qui a reçu la distinction nationale de GCSK pour sa précieuse contribution dans le domaine de la diplomatie, en particulier pour l’achèvement du processus de décolonisation de l’île Maurice.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour