Engager une compagnie privée en vue de procéder à la réparation et au maintien en opération des 63 Speed Cameras à travers l’île. C’est ce qu’envisage le ministère du Transport. Le contrat sera d’une année et consistera à remplacer, réparer les circuits électroniques et électriques, effectuer des inspections sur différents sites chaque semaine, modifier ou repositionner les appareils, peindre les pylônes et soumettre des rapports mensuels sur les inspections au ministère de tutelle, la réparation des fautes au ministère du Transport. Il sera appelé à être en contact permanent avec la Photographic Enforcement Device Unit de la police par rapport à la défectuosité de certaines “speed cameras”.

Le contracteur devra aussi accéder à la requête du ministère de repositionner les “speed cameras” lorsque le besoin se fait sentir. Tous les travaux de réparation doivent être complétés en l’espace de 12 heures. Il devrait s’assurer également que les “speed cameras” soient alimentés en matière d’électricité et des services Internet.

« If fault arises out of a problem with the power supply, the Contractor shall contact the Central Electricity Board and shall ensure that the supply is restored. If the fault arises from an Internet or connectivity problem, the contractor shall contact the internet provided/or Emtel Ltd and shall ensure the connectivity is restored (…) The Contactor shall be responsible to arrange for Police assistance at any sites where the speed cameras are not working up to such time when all repairs have been completed by himself and the cameras rendered operational again », souligne un document relatif à ce projet. Il doit aussi rapporter des cas de vandalisme à la police.

La compagnie qui sera choisie sera appelée à effectuer un rapport des dommages enregistrés aux “speed cameras”suite au passage des cyclones ou à la suite d’une manifestation. Le contracteur devrait s’assurer qu’il dispose de tous les équipements nécessaires pour effectuer des travaux de réparation. Au cas contraire, une pénalité sera appliquée.

« In the absence of replacement equipment, a penalty of 0.5% of the annual maintenance charges of the equipment will be applicable per working day of downtime of the equipment. The maximum amount of penalty shall be a total aggregate annual maintenance charges of similar equipement in te maintenance schedule. » Le gouvernement se réserve le droit de résilier un contrat après un préavis d’un mois. Un exercice d’appel d’offres a déjà été lancé pour ce projet. Les soumissionnaires ont jusqu’au mois prochain pour faire acte de candidature.