• Delphine Ahnee (Platform Sitwayenn) : « Ravis et satisfaits que des familles dûment enregistrées soient enfin convoquées ! »
  • Après-midi « solider » ce dimanche à Riambel pour marquer les « 100 zour dan freser »

En fin de semaine, 13 familles se trouvant sur les terrains de Pointe-aux-Sables et de Malherbes, en situation de logement précaire, ont reçu une convocation officielle de la NHDC. Il s’agit d’une correspondance écrite demandant à ces familles de se présenter prochainement au siège de la NHDC, où elles seront informées principalement sur « le montant du dépôt à faire en vue d’obtenir un logement, et les régions où sont localisées ces maisons ». Pour la Platform Sitwayenn Drwa A Enn Lakaz, « c’est une nouvelle que nous avons accueillie avec beaucoup de satisfaction ». Et la porte-parole, Delphine Ahnee, de poursuivre : « Nous sommes contents de voir que les choses se mettent en place comme il se doit. »

La nouvelle, tombée en fin de semaine, « a ravi et satisfait » la Platform Sitwayenn Drwa A Enn Lakaz, explique Delphine Ahnee. « C’est un signe très positif que les autorités nous envoient. Les choses semblent se mettre en place, et cela nous donne bon espoir que ces familles seront bientôt logées décemment. » Mieux encore, indique la porte-parole de la plateforme : « Nous sommes ravis de voir que les familles qui étaient dûment enregistrées auprès de la NHDC bénéficient enfin d’un traitement correct. C’est ce que nous avons toujours réclamé. Il s’agit de “genuine cases” de familles qui se sont enregistrées auprès des autorités, nommément la NHDC, depuis longtemps déjà, et donc pas tout récemment. De ce fait, elles sont totalement qualifiées pour être dans la liste des bénéficiaires de maisons. » Delphine Ahnee rappelle : « Nous n’avons à aucun moment demandé ou insinué que ces familles, qui se trouvent sur les terrains de Pointe-aux-Sables, Malherbes et Riambel, devraient avoir des passe-droits ou des faveurs. Certainement pas ! »

Les lettres reçues par ces 13 familles de Pointe-aux-Sables et de Malherbes leur demandent de se rendre prochainement au siège de la NHDC, où « il leur sera communiqué des informations importantes, comme les régions où des maisons sont disponibles, ainsi que le montant de dépôt qu’elles auront à fournir afin de poursuivre les démarches ». La Platform Sitwayenn note encore que deux “hardship cases” ont été pris en considération. « Il y a encore cinq autres cas de ce type, avec des mamans seules qui élèvent leurs enfants. Si les choses vont dans la bonne direction, nous pensons que ces autres “hardship cases” seront bientôt également dans le lot des familles qui sont relogées. »

Par ailleurs, ce 6 septembre, cela fera exactement 100 jours depuis que les maisons ont été détruites au bulldozer. À cet effet, afin de « maintenir la pression et attirer l’attention de tous les Mauriciens, qui sont soucieux du bien-être de leurs compatriotes, la Platform Sitwayenn organise un après-midi “solider” à Riambel, où la situation est toujours au statu quo. » Rendez-vous est donc donné à partir de 16h sur le terrain situé sur la route principale, dans le voisinage de l’African Town. « Cela fera 100 jours ce dimanche que des familles de Pointe-aux-Sables, Malherbes et Riambel vivent sous la tente. Cent jours que des enfants n’ont pour logement qu’un bout de tissu appelé “tente” ! Cent jours que petits et grands dorment, pour certains, à la belle étoile, qu’il pleuve ou qu’il vente… La Plateforme Sitwayen Drwa A Enn Lakaz sera à Riambel avec ces enfants et adultes, qui vivent dans des conditions sanitaires précaires. »