- Publicité -

Subron annonce une hausse salariale de 15-16% dans le port franc

Réunis au centre social de Roche-Bois, les dirigeants de la Private Sector Employees Union (PSEU) annoncent la possibilité d’une hausse salariale de 15 à 16% aux travailleurs du port franc.  Rappelant qu’il existe 30 secteurs dans le pays  et que chacun d’entre eux est régi par ses propres lois, Ashok Subron affirme que depuis que le syndicat a été mis sur pied, « on s’est promis de mener campagne en faveur d’un Remuneration Order pour les travailleurs du port franc ».

- Publicité -

Au niveau de Froid des Mascareignes, Ashok Subron souligne que les négociations sont sur le point d’être bouclées, et qu’un accord intérimaire avait été négocié en vue d’une augmentation salariale de 8%. Les négociations ont maintenant démarré pour un nouvel accord, lequel devrait être mis à exécution d’ici 2024.

Évoquant l’importance d’un dialogue avec les employés, le syndicaliste dira : « Nous négocions ensemble avec les travailleurs, tandis que d’autres syndicalistes négocient dans les couloirs des ministères, avant de faire des Live sur Facebook. »

Un accord serait sur le point d’être conclu pour une augmentation salariale de 16%.

« Si l’assemblée l’autorise, l’accord sera signé la semaine prochaine. Il faut savoir que Business Mauritius a donné des consignes aux patrons d’entreprises pour qu’ils viennent aussi de l’avant avec leurs revendications », poursuit Ashok Subron. Ainsi, au niveau toujours de Froid des Mascareignes, le syndicat a pu s’arranger  « pour que les droits acquis des travailleurs restent intacts ». À ce titre, il réclame une nouvelle grille salariale pour cette entreprise.

Le syndicaliste a évoqué l’Employment Relations Act. « Cette loi stipule que si un patron d’entreprise déclare un litige sur un problème industriel, les syndicats perdent leur droit de déclencher une grève. C’est ce qui s’est passé dans ce secteur en 2020 », dit-il.  Il a lancé un appel au calme aux travailleurs face aux risques de dérapage d’ordre communal.« Le communaliste n’existe pas chez les travailleurs. Levons-nous ensemble pour dire : Vive l’unité ! » a-t-il déclaré.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour