Photo illustration (Crédits : Reuters)

En raison du Covid-19, des familles de la région sud-est du pays éprouvent des difficultés, se retrouvant à cours de moyens ou privés d’emploi. Les inondations d’avril dernier et la marée noire provoquée par le naufrage du MV Wakashio n’ont fait qu’aggraver leur situation.

Face à cette situation alarmante, la banque ABSA Maurice a fait appel à l’Ong Mouvement pour l’autosuffisance alimentaire (MAA) pour financer le projet “Renforcement de la résilience des communautés” dans le contexte de la pandémie de Covid 19. Il s’agit d’un projet en deux phases : celle d’œufs et de poulet et celle de jardinage biologique qui vise à soutenir les familles tout en leur rendant indépendantes.

Renuka Jacquette, Community Investment Manager chez ABSA, dira : « Nous avons atteint 85 familles. L’ABSA a fourni tous les équipements nécessaires pour aider à la mise en place des cages métalliques des poules pondeuses, de la nourriture et des vitamines. » Et de poursuivre : « Ce projet permettra aux familles de bénéficier d’une source de revenu grâce à la vente d’œufs et de poules. On s’attend à ce que ces familles développent leurs activités et bénéficient de plus de rentrées d’argent. Nous visons 99 familles à travers le jardinage biologique pour leur permettre de bénéficier d’un mode de production d’aliments sain tout en générant des revenus grâce à la vente de légumes. Nous avons ainsi financé l’achat de bacs, de sacs de compost, d’arrosoirs et de plants pour s’assurer qu’elles créent leur propre jardin. Du point de vue des coûts, ces familles n’auront plus à dépenser pour l’achat de certains légumes puisque ceux-ci seront facilement disponibles chez eux. »

Selon Éric Mangur de la MMA, 61 cages et des pondeuses ont été livrées dans le sud-est. C’est une nouvelle expérience pour ces familles qui apprennent la production d’œufs nutritionnels. « Ils peuvent consommer davantage d’œufs et vendre le surplus aux voisins. L’œuf est une bonne source de protéine pour la croissance des enfants et comme les pondeuses produisent des œufs durant toute l’année, les éleveurs pourront mettre en vente les vieilles poules pour gagner un peu d’argent. »

L’objectif principal du projet œufs et poulet, a rappelé Éric Mangar, est d’aider les intéressés à économiser pour l’achat d’aliments à partir du septième mois, « Nous allons livrer par camion dans le sud-est des aliments frais chaque sept mois. »

Selon Éric Mangar, la construction de cages en métalliques coûte de plus en plus cher. « Nous étudions la possibilité de construire des cages en bois Des familles dans les villages d’Anoska vont aussi bénéficier du projet de jardinage biologique. »

Par ailleurs, l’ABSA a financé 22 Ong à travers l’île et fourni à certaines d’entre elles des thermomètres, des écrans faciaux et des savons aseptiques.