Mathieu Dacruz, élève du Collège du Saint-Esprit (CSE), a appris la bonne nouvelle alors qu’il prenait part aux examens de School Certificate (SC) ! Il a été choisi sur 8 700 demandes pour être le représentant de Maurice au sommet international Youth4Climate : Driving Ambition, qui se tiendra à Milan, en Italie, du 28 au 30 septembre prochain ! Jeune homme déjà engagé sur plusieurs tableaux sociaux, environnementaux et estudiantins, Mathieu Dacruz se livre à Le-Mauricien…

Un courriel officiel émanant de l’ »Office of The UN Secretary General’s Envoy on Youth »lui apprend, fin mai, qu’il a été sélectionné : « We carefully and thoroughly reviewed over 8 700 applications and yours stood out. Wa are delighted to invite you to join the event. » La rencontre internationale Youth4Climate : Driving Ambition, qui se tiendra à Milan, en Italie, est un prologue à la 26e Conference of the Parties (COP 26), se déroulant du 1er au 12 novembre prochain, à Glasgow, en Angleterre.

Mathieu Dacruz se dit « fortement honoré et ému d’avoir été choisi pour représenter mon pays sur une telle plateforme prestigieuse, où je serai amené à rencontrer, dialoguer et partager mes idées et projets avec d’autres jeunes du monde entier, sur cette thématique qui doit absolument nous interpeller tout un chacun, autant les jeunes que les adultes, ainsi que les seniors ».

Très engagé socialement, l’étudiant admet que « du fait de mon jeune âge, quand j’ai appris que j’ai été sélectionné pour représenter mon pays, cela m’a fait quand même un coup : c’est un défi de taille à relever ». Il ajoute : « Et je m’y suis pris dès que j’ai terminé mes examens, afin d’être prêt sur tous les tableaux requis par l’organisation, et pour pouvoir être un digne représentant de Maurice. »

Pour lui, « Maurice, de par sa superficie et avec ses spécificités, peut être un cas d’école pour prouver que les bons gestes et les attitudes positives peuvent impacter positivement sur le pays, et contribuer à changer la donne ». L’épisode tragique du Wakashio, l’an dernier, ainsi que d’autres données dans le même registre le poussent à faire ressortir que « nous avons des exemples concrets à présenter lors du sommet ».

Le changement climatique, les moyens de protéger l’environnement et les mesures à prendre pour une planète durable, indique l’élève du CSE, « doivent être la priorité de nous tous, jeunes comme moins jeunes, car nous ne pouvons nous permettre de retarder les échéances. L’urgence, c’est maintenant, pas demain ! » Ce qui rejoint les commentaires faits à son égard par les organisateurs du sommet international.

Dans le courriel, l’équipe organisatrice du Youth4Climate explique à Mathieu Dacruz que « we believe that your demonstrated ability to think critically about climate change and sustainable development, motivate others to address the climate crisis, foster action and public awareness related to climate change will lead to substantive discussions and contributions ». À cet effet, soutiennent les organisateurs, « we look forward to hearing your innovative ideas and reviewing your concrete proposals on some most pressing issues on the climate change agenda ».

L’étudiant revient sur sa participation à la rencontre internationale : « C’est la vice-rectrice de mon collège, Marjorie Munien, qui m’a poussé à soumettre ma demande pour le sommet Youth4Climate; c’était au début de l’année. Quand je suis allé sur le site internet en question, il y avait trois questions principales à répondre, dont deux ayant trait au changement climatique et l’environnement, sur un plan général, et la troisième question, concernait mon engagement personnel sur la question. »

Mathieu Dacruz, qui est également l’un des fondateurs d’un réseau national des étudiants du cycle secondaire, appelé NAFCO (National Forum for Colleges), est « de ceux qui traduisent en action, au quotidien, les gestes simples et réfléchis, en vue d’assainir notre environnement direct et local ». « Par exemple, au quotidien, je pratique le tri sélectif… Au collège, avec plusieurs étudiants, nous avons lancé un groupe pour le recyclage, dans le même esprit. Et nous avons d’autres projets similaires in the pipeline… »

Depuis qu’il a été informé par le bureau du secrétaire général des Nations Unies, qu’il représentera Maurice au sommet international Youth4Climate, en septembre, Mathieu Dacruz s’attèle à mettre en place les directives reçues : « Je dois rencontrer des Stakeholders de divers secteurs, public comme privé, ainsi que des ONG à l’œuvre sur le terrain. Par le biais des réseaux sociaux, j’ai aussi exposé le projet et ma participation. Je dois dire que le Response a été très positif et encourageant ! »
Pour l’heure, Mathieu Dacruz poursuit ses efforts dans ce sens, tout en respectant le cahier de charges que lui propose l’organisateur du Youth4Climat Summit. Il avoue être impatient de voir arruver septembre, avec l’idée de « rencontrer des figures fortes de cette lutte, comme Greta Thunberg ! C’est un modèle pour une foule de gens à travers la planète… Elle a tant apporté à ce combat. »