Photo d'illustration

Mise en place lors du premier confinement l’an dernier, la plateforme numérique de médecins volontaires proposant leurs services en ligne, soit par le biais de la télémédecine, a de nouveau la cote auprès des Mauriciens. En effet, avec cette seconde vague de Covid-19 et le confinement ne permettant pas les sorties, sauf en cas d’urgence, nombreux sont les Mauriciens qui ont désormais la possibilité d’entrer en contact avec des médecins de spécialités différentes sur medecine.mu.

« Auparavant, les Mauriciens ne pensaient pas que cela pouvait être aussi facile d’avoir accès aux médecins. Aujourd’hui, ils se sont familiarisés à la télémédecine grâce à medecine.mu », estime le Dr Pawan Gopaul, un des fondateurs de cette plateforme. Avec au départ une quarantaine de médecins volontaires, le site Internet regroupe aujourd’hui quelque 70 médecins généralistes de toutes les régions de l’île ainsi que des spécialistes : chirurgiens, psychiatres, ophtalmologues, psychologues, nutritionnistes, radiologues entre autres.

Opérant essentiellement sur une base de volontariat pendant le confinement, le Dr Gopaul précise que si « toutes les consultations en ligne sans prescription et autres conseils sont gratuits, le service est par contre payant pour ceux ayant besoin d’une prescription et ceux nécessitant une consultation à domicile ». Les médecins se retrouvent souvent à effectuer une visite à domicile dans les cas notamment des patients âgés. « Leurs enfants nous appellent pour nous demander de venir les voir. On se rend alors chez eux, même dans les zones rouges. »

Autres types de demandes traitées depuis ce second confinement : des personnes présentant des symptômes de la Covid-19. « On leur conseille alors fortement d’aller faire un test. Certaines personnes sont dans le déni et ne pensent pas qu’elles puissent avoir attrapé le virus. On les encourage à faire le test. »

Le vaccin AstraZeneca semble être un sujet de préoccupation pour beaucoup de Mauriciens qui ont recours à cette plateforme pour demander des conseils. « Nous recevons des appels de plus d’une centaine de personnes chaque jour pour nous demander si elles peuvent faire le vaccin. Nous encourageons nos patients à le faire sauf s’ils ont des contre-indications. Il y a une préoccupation autour de ce vaccin du fait que l’Europe l’a suspendu temporairement. Mais il y a des publications qui montrent que d’autres facteurs peuvent jouer au niveau des complications se produisant après l’administration du vaccin. Par exemple, hier, un patient s’est évanoui à Côte-d’Or après avoir eu le vaccin, mais il souffrait en fait d’anémie », a déclaré le Dr Gopaul.

Le médecin note, en outre, beaucoup plus d’appels depuis le second confinement. « La plateforme était déjà connue. Il y a des patients qui avaient déjà fait appel à nos services l’an dernier. Il y a une confiance qui s’est installée. » Il se réjouit, par ailleurs, que la plateforme dispose d’une équipe très soudée. « Il y a beaucoup d’interactions entre les médecins. Si l’un de nous n’est pas disponible, on le réfère à un autre collègue. Et les patients et les médecins sont habitués à cette pratique. Il existe une bonne coordination. Nous remercions et les patients et les médecins. Medecine.mu est vraiment là pour aider la population, pour éviter aux Mauriciens de se déplacer. »

En dehors du ‘‘lockdown’’, la plateforme fonctionnait toujours mais « nous faisions davantage des consultations à domicile ou les patients venaient dans nos consultations car tout était ouvert ». Le Dr Gopaul et son équipe travaillent à présent sur l’élaboration d’un système « qui nous permettra de référer le patient à une pharmacie spécifique où il pourra trouver ses médicaments pour éviter qu’il aille chercher à plusieurs endroits ». Et d’ajouter : « Il y a aussi des pharmacies qui font la livraison de médicaments, ce qui peut aider dans le cas des personnes âgées. »