La direction d’Esquel (Mauritius) Ltd a décidé de ne pas renouveler le contrat de travail de 220 ouvriers malgaches et bangladeshis. Selon la direction, ces derniers retourneront dans leurs pays respectifs. « C’est une pratique courante dans le domaine », soutient la direction de cette compagnie de textile, car leurs contrats de travail sont arrivés à terme. Le ministre du Travail, Soodesh Callichurn, qui a eu vent de cette démarche, soutient qu’à « cette période de l’année, beaucoup de contrats de travailleurs étrangers arrivent à terme ». Il ajoute que le cas d’Esquel (Mauritius) Ltd « n’est pas une exception à la règle ».

Toutefois, le président de la Fédération des Travailleurs unis, Atma Shanto, ne voit pas les choses de cette manière. Pour lui, « c’est un cas de licenciement déguisé ». Il poursuit : « La direction a déjà pris une décision unilatérale pour ne pas renouveler le contrat de travail de ces ouvriers de Grand-Bois et de Coromandel, car leur départ de Maurice a été programmé pour le 14 septembre prochain. » Il est à noter que la compagnie hongkongaise est un des pionniers de l’industrie du textile. Esquel (Mauritius) Ltd est en effet l’un des plus gros producteurs de chemises à Maurice pour les clients étrangers.