Le service de navettes, arrêté l’année dernière, sera relancé au mois de juin avec l’entrée en opération du service passager de Metro Express Ltd (MEL) de Quatre-Bornes à Rose-Hill. Des discussions se tiennent en effet en ce moment à ce propos entre la compagnie, le ministère du Transport et la National Land Transport Authority (NLTA). Par ailleurs, des officiers de la SMRT Corporation sont à Maurice et assistent aux “Trial Runs” qui se tiennent actuellement.

« Suite aux centaines de demandes que nous avons reçues de nos passagers voyageant de Port-Louis à Rose-Hill, nous allons relancer le service de navettes. Ce service relie les stations et les localités avoisinantes. Nous sommes déjà en discussion avec la NLTA et le ministère du Transport public à ce sujet », soutient le CEO de MEL, le Dr Das Mootanah. Ce service, ajoute-t-il, permettra aux habitants qui sont un peu éloignés des stations de prendre le tram. « Une fois la phase 2A mise en opération, le service de navettes s’étendra jusqu’aux quartiers qui sont éloignés de la gare de Quatre-Bornes, entre autres Résidence Kennedy, Bassin et Palma », fait-il ressortir.

Cette dernière option est également à l’agenda des discussions avec le ministère du Transport et la NLTA. Selon lui, le trajet entre Rose-Hill et Quatre-Bornes prend moins de dix minutes en métro, ajoutant qu’entre 5 000 et 7 000 passagers sont attendus. En ce moment, deux nouvelles stations sont en construction, à savoir à Belle-Rose, soit à l’angle de la rue Virgil Nax et Victoria Avenue, et la station de Quatre-Bornes Central, située à côté de la municipalité. Le CEO de MEL avance qu’en ce moment, Larsen & Toubro procède à l’avancement des travaux au niveau de ces stations et installe les équipements techniques.
Confinement oblige, le lancement de la phase 2A a cependant accusé du retard. Toutefois, selon le CEO, l’équipe de MEL et celle de Larsen & Toubro s’activent pour que cette phase soit lancée au mois de juin. « Les travaux de la phase 2A sont pratiquement achevés. Des tests ont d’ailleurs commencé par des Trial Runs depuis le 31 mars, qui se poursuivront au cours des prochaines semaines », dit-il.

Selon lui, les systèmes et les signaux concernés sont en cours d’installation. Dans le cadre de la mise en place de l’opération, une équipe de la SMRT Corporation assistera d’ailleurs à une série de Trial Runs. Cette équipe procédera aussi à un audit de sûreté et dans la mise en place de moyens de sécurité, de procédures et de protocoles. « Ils veilleront aussi à ce que les systèmes complexes au niveau de la sécurité ou de l’assurance soient aux normes internationales requises. Le personnel de la SMRT Corporation a grandement contribué à la mise en opération du service passager pour la phase 1 et a formé les employés de MEL. Nous sommes confiants que cette nouvelle ligne ferroviaire sera lancée très bientôt », dit-il.

Par ailleurs, des travaux sur la ligne Saint-Jean/Curepipe ont pris de l’avance, lesquels concernent, selon Das Mootanah, la déviation des réseaux électriques, des eaux usées et des câbles de télécommunications, en sus de la construction de nouveaux drains. « Une première section vient d’être terminée au niveau de la première séquence, donnant ainsi un premier aperçu de ce à quoi ressemblera l’infrastructure finale une fois les travaux terminés. Le Fly-over de Saint-Jean est terminé et la rampe d’accès depuis Saint-Jean, longue de 60 mètres, devrait, elle, l’être d’ici juin. » À Phoenix et Vacoas, « la pose des rails est en cours sur plus d’un kilomètre », ajoute-t-il. « Et à Curepipe, la construction de la structure surélevée est en bonne voie, avec 32 poutres sur 36 déjà posées. Ce sera un peu comme à Rose-Hill. »

Concernant l’acquisition des terres, il avance que la grande majorité des terrains nécessaires ont été remis à Larsen & Toubro, seuls quelques terrains étant en effet encore en cours d’acquisition par le ministère des Terres. À présent, Larsen & Toubro met les bouchées doubles pour accélérer les travaux. Quant aux travaux justement, il explique que les réunions de coordination entre les différents services se tiennent dans les normes sanitaires, autrement dit soit en ligne, soit par téléphone, soit encore via des visites sur le terrain, mais avec toutes les précautions d’usage.

Par ailleurs, il fait ressortir que le nombre de passagers a chuté suite au premier confinement. « Nous avons pu nous en sortir grâce au plan d’action et de relance que nous avons mis en place. Cette fois, nous avons plus d’expérience et nous allons sans aucun doute surmonter cette situation », avance le CEO de MEL.