Photo d'illustration

Rs 50 000 d’amende et deux ans de prison pour infraction à la loi

Le public devra respecter des consignes sanitaires avant de voyager en autobus. Au cas contraire, tout contrevenant risque jusqu’à Rs 50 000 d’amende et deux ans de prison. Ces mesures, annoncent les autorités, ont pour objectif d’enrayer la propagation du virus.

Depuis que la promulgation des Road Traffic (COVID-19 Sanitary Measures) Regulations 2021 et des Light Rail (COVID-19 Sanitary Measures) Regulations 2021 par le ministère du Transport intérieur, le public se doit de respecter de nouvelles règles, qu’il voyage en autobus ou en métro. Ainsi, les usagers doivent obligatoirement porter un masque et utiliser du gel désinfectant. Ils sont également tenus à respecter la distanciation physique dans le transport public. Ceux attendant aux arrêts d’autobus et aux stations de métro doivent également respecter la distance sociale.

Les opérateurs de transport en commun, de leur côté, ont aussi des responsabilités, notamment de désinfecter leurs véhicules. Ils doivent aussi fournir du gel désinfectant dans leurs véhicules. Par ailleurs, ils ne peuvent dépasser un certain nombre de voyageurs dans leurs véhicules et s’assurer que la disposition des sièges soit faite de manière à ce que les passagers puissent savoir où s’asseoir. Aucun passager ne pourra en outre voyager debout.
Par ailleurs, les mineurs d’âge (moins de 18 ans) ne pourront voyager que pour raison médicale ou dans le cadre des examens. S’agissant des personnes âgées, elles ne pourront emprunter le transport en commun que dans leurs jours suivant l’ordre alphabétique pour se rendre aux supermarchés. Sauf si elles détiennent un Work Access Permit. Au cas contraire, elles devront rester chez elles.

Toutefois, le Temporary Restrictions of Movement Order du 31 mars permet à certaines catégories de personnes de sortir, comme dans le cadre d’une consultation médicale, voire pour l’achat de vivres, de produits essentiels ou de médicaments. Sont également autorisés à sortir les officiers de police, les membres de l’Assemblée nationale, les membres du Judiciaire et de la profession médicale, entre autres. Tout contrevenant s’expose à une amende pouvant atteindre Rs 50 000 et une peine de prison de deux ans maximum.
Les autobus ont par ailleurs commencé à desservir certaines régions qui ne sont plus en zone rouge, comme Petit-Camp, Valentina et Carreau-Laliane, ainsi que le Jumbo Phoenix. De ce fait, les autobus de la NTC qui effectuaient le trajet Port-Louis/Vacoas (Route 3), Mont-Roches/Curepipe (Route 37) et Camp-Levieux/Curepipe (Route 122) s’arrêteront à Bonne-Terre. Les autobus de l’UBS desserviront, eux, normalement la route Hermitage, à Quatre-Bornes (Route 65B), en passant par Carreau-Laliane et Closel.

S’agissant de la zone rouge, les autobus n’opéreront que pour le transport d’étudiants dans le cadre de leurs examens. Les opérateurs individuels effectuant les trajets intraurbains dans la zone rouge continueront, eux, à opérer durant les jours d’examens. Ces dessertes sont la route 81 (Allée Brillant/Curepipe), la route 104 (Icery/Curepipe), la route 114 (Cité Malherbes/Curepipe), la route 121 (Camp Levieux/Curepipe), la route 128 (Les Casernes/Curepipe, Jan Palach North) et la route 144 (O’Connor/Curepipe).